En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Uniforme porté par Erich von Stroheim pour « La Symphonie nuptiale » (1926)

10 septembre 2021

Jaquette serrée, shako de hussard prussien : pour La Symphonie nuptiale, Erich von Stroheim revêt de nouveau un uniforme d'officier pour les besoins d'un rôle. Sur tous les fronts, puisqu'il est aussi producteur, il interprète un dandy aristocrate dans la Vienne de 1914. On est en 1926, l'acteur-réalisateur d'origine austro-hongroise est devenu un familier d'Hollywood. La Première Guerre mondiale s'est éloignée, les personnages de militaires se sont raréfiés ; qu'à cela ne tienne, Stroheim est passé derrière la caméra, s'octroyant les rôles de lieutenants ou de capitaines qu'il affectionne.

La raideur de l'uniforme lui permet d'ajouter une rigidité parfois caricaturale à ses personnages. Pour La Symphonie nuptiale, Stroheim, perfectionniste, dessine lui-même les costumes. Soucieux du moindre détail, il ajoute sur les esquisses médailles et épaulettes, ou même le fameux monocle qui l'accompagne si souvent. Le créateur danois Max Rée, qui a déjà habillé Garbo ou Lilian Gish, prendra ensuite le relais.

L'authentique uniforme du Prince Nikki, casques et accessoires, ainsi que les maquettes des costumes du film figurent parmi les nombreux objets confiés par Erich von Stroheim et son épouse Denise Vernac à la Cinémathèque française. Juste renvoi d'ascenseur pour Henri Langlois, qui avait aidé Stroheim à reconstituer le film dans les années 50, et collectionnait ses portraits.


  • Type d'objet : Costume
  • Support : Uniforme
  • Auteur : Max Rée - Photographie : Jaïme Ocampo-Rangel
  • Année : 1926
  • Pays : États-Unis
  • Crédits : © Max Rée, DR © Jaïme Ocampo-Rangel