En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Du Free Cinema à la British New Wave : un moment-clé du cinéma britannique
Conférence de Christophe Dupin et Walter Lassally

13 mars 2015

De tous les mouvements de renouveau du cinéma ayant émergé au tournant des années 1950 et 1960, le Free Cinema (et, par extension, la Nouvelle Vague britannique) n'est peut-être pas le plus connu, mais garde le bénéfice de l'antériorité. Dès février 1956, un petit groupe de jeunes réalisateurs et techniciens emmenés par Lindsay Anderson propose une vision nouvelle de la technique et du métier de cinéaste. Leurs films – des courts métrages documentaires jusqu'en 1959, des longs métrages de fiction ensuite – mettent en scène le quotidien des petites gens, qu'ils filment avec un regard humain et poétique. Christophe Dupin, historien du cinéma, examine les origines et l'évolution de ce mouvement, ainsi que ses méthodes de production et son esthétique propre, définie à la fois par l'engagement social et les moyens techniques. Walter Lassally, l'un des chefs opérateurs attitrés du Free Cinema, en analyse plus particulièrement les apports techniques, notamment l'utilisation de caméras légères portées et d'une pellicule ultra-sensible (la fameuse Ilford HPS).


Christophe Dupin est historien du cinéma, administrateur délégué de la Fédération internationale des archives du film (FIAF).

Walter Lassally est un chef opérateur allemand. Il a commencé à travailler au début des années 1950 sur les tournages des cinéastes du Free Cinema (Lindsey Anderson, Tony Richardson, Karel Reisz).