En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Affiche japonaise de « Belladonna des tristesses » d’Eiichi Yamamoto (1973)

25 janvier 2016

Libre adaptation de La Sorcière de Jules Michelet (1862), Belladonna des tristesses constitue le troisième et dernier volet de la série des Animerama du studio Mushi Production. La trilogie, imaginée par Osamu Tezuka et réalisée par Eiichi Yamamoto entre 1969 et 1973, marque les débuts de l'érotisme dans l'animation japonaise.

Le plus abstrait et poétique des trois films, Belladonna, raconte comment une jeune paysanne, violée par son seigneur, vend son âme (et son corps) au diable. Devenue une sorcière omnipotente, Jeanne se réfugie dans une vallée où fleurit la belladone, poison hallucinogène, entraînant les villageois dans l'ivresse d'envoûtantes fêtes orgasmiques.

Graphiquement, le film qui alterne les techniques de dessins (aquarelle, gouache, collage, peinture sur rouleau), s'inspire de l'Art Nouveau et des œuvres de Klimt, Mucha ou Beardsley. Volutes, arabesques, chevelures ondulantes défilent au son d'une musique pop seventies à souhait.

L'affiche japonaise reprend les différents éléments du film dans la même veine psychédélique. Au milieu d'une explosion de fleurs multicolores, le corps blanc de Jeanne, rousse et lascive dans les bras de son époux retrouvé, contraste avec les villageois malades et miséreux qui l'entourent. Dans ce tourbillon aux couleurs printanières, l'imagerie de la sorcière n'apparaît pas, contrairement à l'affiche originale signée Fukai qui a choisi de mettre en avant le bûcher et, entre les flammes, la sorcière aux yeux maléfiques, tout de noir vêtue.


  • Type d'objet : Affiche
  • Support : Offset couleur
  • Auteur : Anonyme
  • Année : Non datée
  • Pays : Japon
  • Format : 112 x 83 cm
  • Crédits : Droits réservés