En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

À la recherche de la couleur perdue : le procédé Keller-Dorian-Berthon sur film lenticulaire
Conférence de François Ede

3 mai 2019

Le procédé Keller-Dorian-Berthon est un procédé à réseau virtuel obtenu grâce à un filtre de sélection trichrome à trois bandes placé dans l'objectif. L'image du filtre permet d'obtenir une sélection trichrome, grâce à des micro-dioptres gravés sur le support du film. L'inventeur, le physicien Rodolphe Berthon, dépose le brevet princeps en 1908. La Première Guerre mondiale interrompt les recherches en France. En 1924, quelques films expérimentaux sont projetés, mais la mise au point du tirage des copies est loin d'être résolu. En 1929, un accord intervient entre Eastman-Kodak et Keller-Dorian pour l'exploitation du brevet aux États-Unis ; la firme de Rochester se contente d'exploiter le procédé sur le marché du cinéma amateur en 16 mm, sous le nom de Kodacolor. En 1931, Rodolphe Berthon fonde une société concurrente, Cinéchromatique, et cède son brevet au trust Siemens-Halske. La société Thomson-Houston reprend des recherches qui sont interrompues par la Deuxième Guerre mondiale. En 1947, la production de Jour de fête de Jacques Tati, utilisant le procédé Thomsoncolor, est annoncée dans la presse, mais le procédé de tirage s'avère impraticable et le film est exploité en noir et blanc à sa sortie. Il faudra attendre 1995 pour que le public découvre les couleurs de Jour de fête. Le procédé Keller-Dorian, ne dépassera jamais le stade expérimental. Près d'un siècle plus tard, la technologie des micro-lentilles tirera de l'oubli cette invention visionnaire. La conférence est illustrée par plusieurs extraits de films dont un court métrage en couleurs inédit tourné en Corse (1928), Mateo Falcone de William Delafontaine.


François Ede est documentariste et directeur de la photographie, pour Raoul Ruiz notamment (L'Éveillé du pont de l'Alma ou Le Voyage clandestin). En 1995, il restaure Jour de fête et donne au film les couleurs voulues par Jacques Tati. En 2002, il dirige la restauration de PlayTime. Il est l'auteur de l'ouvrage Jour de fête ou la couleur retrouvée (Cahiers du cinéma, 1994). Il a pris part à la restauration de la version française de Lola Montès menée par la Cinémathèque française en 2008. Il est également scénariste, avec Raoul Ruiz, des Trois couronnes du matelot et a supervisé la restauration de plusieurs films de Ruiz.