En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Master class de Garrett Brown

15 mars 2019

Le 16 septembre 1974, Garrett Brown dépose aux États-Unis un brevet pour un nouveau système de stabilisation de caméra portée : le Steadicam (de steady camera, caméra stable). Désormais, grâce à cet appareil génial, on peut déplacer la caméra en courant, en montant ou descendant un escalier, tout en gardant une grande stabilité d'image. Toute une nouvelle esthétique cinématographique en découle. Le Steadicam colle réellement à l'action qu'il filme : on s'en sert sur un terrain accidenté, dans des plans-séquences, ou des scènes avec beaucoup d'action dans le cadre. Le Steadicam fait ses débuts sur Bound for Glory de Hal Ashby (1976). Le procédé arrive en France la même année, adopté par Noël Véry, Yves Nolleau, Jacques Monge. Dans Rocky de John Avildsen (1976), le Steadicam accompagne Sylvester Stallone sur le ring ou sur les marches du musée de Philadelphie. Dans The Shining de Stanley Kubrick (1980), l'appareil est magistralement utilisé, grâce d'ailleurs à Garrett Brown qui le manœuvre lui-même pendant le tournage. Brian De Palma (Snake Eyes, 2001), Martin Scorsese (Les Affranchis, Casino), Terrence Malick (La Ligne rouge) s'en servent pour des plans d'une parfaite vélocité et fluidité. Garrett Brown, qui a reçu deux Oscars, est aussi l'inventeur de nombreux dispositifs ingénieux pour rendre la caméra toujours plus fluide et libre : FlyCam, SuperFlyCam, SkyCam, DiveCam, MobyCam...


Garrett Brown est un inventeur américain. En 1974, il met au point le Steadicam, un système de stabilisation de caméra portée qui connaît un succès immédiat auprès et joue un rôle déterminant dans la mise en scène de films comme Shining ou Marathon Man.