En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Manteau d'Anna Karina pour « Alphaville » (Jean-Luc Godard, 1965)

7 septembre 2021

Aux côtés de Lemmy Caution vêtu de son célèbre trench-coat d'agent secret, qui n'a pas en tête le personnage de Natacha Von Braun arpentant les couloirs d'Alphaville dans son manteau en velours noir et en fourrure de renard blanc ? Une pièce iconique et l'une des très rares conservées des œuvres de Jean-Luc Godard, qui s'explique par les tout petits budgets des films de la Nouvelle Vague : comme il n'y avait pas assez d'argent pour confectionner des costumes, les interprètes n'utilisaient généralement que leur propre garde-robe.

Délaissant ses jupes plissées à carreaux d'Une femme est une femme et sa robe rouge de Pierrot le fou, l'actrice porte pour Alphaville, réalisé en noir et blanc, des vêtements sombres à col ou liseré blanc. Dans un Paris nocturne aux décors futuristes, merveilleusement éclairés par Raoul Coutard, l'égérie de Godard n'en finit pas d'émouvoir avec ses yeux soulignés de khôl. D'une élégance folle, rappelant au passage comment la jeune mannequin, fraîchement débarquée de son Danemark natal, croisa la route de Coco Chanel qui lui trouva son nom, Anna Karina.

Anna Karina et Eddie Constantine (Alphaville de Jean-Luc Godard)


  • Type d'objet : Costume
  • Support : Manteau de velours et fourrure
  • Auteur : Photographie du costume : Jaïme Ocampo-Rangel
  • Année : 1965
  • Pays : France
  • Crédits : © Jaïme Ocampo-Rangel