En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Photographie de tournage de « L'Emprise des ténèbres » (Wes Craven, 1987)

26 mai 2016

« Dans les croyances vaudou, le serpent symbolise la Terre, et l’arc-en-ciel le Paradis. Les créatures qui sont entre les deux vivent, puis meurent ». C’est avec ce carton que débute le film de Wes Craven. Inspiré de faits réels, d’après l’ouvrage du chercheur canadien Wade Davis, il traite sur un mode fantastique des pratiques vaudou à Haïti.

Tout en livrant une démystification du zombie, Craven creuse le sillon, perdant délibérément le spectateur entre réalité et cauchemars, entre scènes oniriques et expériences concrètes autour de l’occulte. C’est d’ailleurs le principe même qui sous-tend toute son œuvre, l’idée selon laquelle le cinéma est une forme de rêve éveillé.

C’est en 1987 qu’il débute les prises de vue de L’Emprise des ténèbres (The Serpent and the Rainbow) à Haïti, réalisant de nombreuses scènes en décors naturels pour mieux imprégner son film d’un réalisme proche du documentaire. Mais le tournage est contrarié par la situation politique : l’île est alors en plein chaos, secouée par les actions des Tontons Macoutes et le début d’insurrection contre la dictature de Jean-Claude Duvalier, contraignant l’équipe du film à déménager en République Dominicaine.

Entre deux prises, Wes Craven s’accorde une pause détente, empruntant pour l’occasion à son accessoiriste une tête de mort en décomposition. Il s’agit de celle du cadavre de la mariée, auquel croit faire face le personnage principal, interprété par Bill Pullman, lors d’une hallucination.


  • Type d'objet : Photographie de tournage
  • Support : Tirage argentique noir et blanc
  • Année : 1988
  • Crédits : Droits réservés