En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Master class de Philip Kaufman

8 mars 2020

Rencontre animée par Bernard Benoliel.

Philip Kaufman évoque son parcours de réalisateur indépendant, à la filmographie construite entre risque et conviction, loin des carcans de l'industrie hollywoodienne.

« Je suis arrivé en Europe en pensant que j'écrirais un roman, j'étais en école de droit, et cela ne me plaisait pas. J'étais influencé par beaucoup de choses, comme Henry Miller, et je trouvais l'Amérique quelque peu ennuyeuse. La Nouvelle Vague débutait en France, en Italie il y avait Pasolini. C'est alors que John Cassavetes fit Shadows et j'ai commencé à me dire : "Wow! Il y a là quelqu'un aux États-Unis qui fait des films intéressants." Puis j'ai vu The Connection, réalisé par Shirley Clarke, et j'ai su que quelque chose d'excitant était en train de se produire aux États-Unis. J'ai décidé de rentrer et de faire des films. C'était en 1962. J'ai commencé comme ça. » (Philip Kaufman)


Philip Kaufman est cinéaste.