En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

lundi 28 octobre 2013, 09h00

Salle Henri Langlois

09h00 → 19h00 (600 min)

600 min

En lien avec l'exposition « Pasolini Roma », une Journée d'études consacrée au rapport du cinéaste aux villes, aux lieux et à leur histoire, aux territoires et à leurs marges.

Tout est « déplacement » dans le parcours de Pier Paolo Pasolini : de la langue au dialecte ; de la campagne à la ville ; du centre à sa périphérie ; du moderne à l'ancien ; des autres à soi…
Déplacements, voyages réels et imaginaires : dans Rome bien sûr, « décor » pour films et romans, lieu de rencontres et d'expériences. Voyages aussi du nord au sud de l'Italie, puis en Inde, en Afrique, au Moyen-Orient, partout où la modernisation n'a pas déjà recouvert l'essentiel, là où un passé vit encore.
Voyages dans le temps : pour renouer avec les récits fondateurs, leurs « lieux » et, de L'Évangile selon saint Matthieu à Théorème par exemple, avec la puissance active, subversive, de leur valeur au présent.
Pier Paolo Pasolini a été soutenu dans sa quête d'une vie par une passion pour le passé des paysages, pour les langues menacées et les corps réfractaires. Un goût de la vérité jusqu'à sa transfiguration, jusqu'à la douleur aussi.

Conférences, Table ronde, Dialogue.

À noter : à 20h00, projection d'un programme de filmsen lien avec la Journée d'études : Repérage en Palestine pour L'Évangile selon saint Matthieu (1964, 52') suivi de Notes pour un film sur l'Inde (1967, 25')

Demi journée : PT 4 € / TR 3 € / Cinétudiants et FAP 2.5 € / Libre Pass entrée libre
Journée complète : possibilité d'un billet couplé à 6€ (au lieu de 8€)


En lien avec l'exposition « Pasolini Roma », une Journée d'études consacrée au rapport du cinéaste aux villes, aux lieux et à leur histoire, aux territoires et à leurs marges. Le déplacement chez Pier Paolo Pasolini est autant un thème de prédilection qu'une méthode de travail. Du centre à sa périphérie, de la langue au dialecte, du moderne à l'ancien, du moi à l'autre..., le cinéaste anthropologue met en œuvre une véritable poétique où les langues, les architectures, les visages et les paysages se mélangent aux mythes anciens et aux textes sacrés. Partout, il va et cherche aussi un lieu où le « génocide culturel » de la société de consommation n'a pas encore tué la possibilité d'un rapport sacral à la réalité, d'une croyance vivante dans le mythe. Du nord au sud de l'Italie, avec Rome pour point d'ancrage, mais aussi en Inde, en Afrique et au Moyen-Orient, sa passion pour le passé des paysages, les langues menacées et les corps réfractaires, constitue non seulement la base esthétique du cinéaste, mais aussi, depuis le début, du poète Pasolini.

PROGRAMME DETAILLE : MATIN

 

9h45 : Introduction (Serge Toubiana, Alain Bergala, Bernard Benoliel)

 

10h00 : Conférence de Stéphane Bouquet : « « Le grillon en pleurs chante dans le Frioul » : identification d'un poète »

Stéphane Bouquet est écrivain et poète, scénariste, ancien critique aux Cahiers du cinéma. Il est, entre autres, l'auteur de L'Évangile selon saint Matthieu de Pier Paolo Pasolini, (Cahiers du cinéma, 2003) et de Sergueï M. Eisenstein (Cahiers du cinéma/Le Monde, 2008).

 

11h00 : Conférence d'Alain Bergala : « Rome, la Vision et la réalité »

Alain Bergala est cinéaste, enseignant et ancien rédacteur en chef des Cahiers du cinéma. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma et commissaire, avec Gianni Borgna et Jordi Balló, de l'exposition « Pasolini Roma » présentée à la Cinémathèque française.

 

12h00 : Conférence de René de Ceccatty : « Le sacre amoureux : rituel, célébration, sacrifice. Qu'est devenue l'idylle frioulane après une vie de persécution ? »

René de Ceccatty est écrivain, connaisseur de la littérature italienne et traducteur notamment d'Alberto Moravia, Pier Paolo Pasolini et Umberto Saba. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur Maria Callas, Giacomo Leopardi, Moravia, récemment sur Greta Garbo, et de l'essai Pasolini (Gallimard, 2005).

 

13h00 – 14h30 : pause

Tarifs demi-journée : PT 4€ / TR 3€ / FAP 2€50 / Libre Pass accès libre
Journée complète : possibilité d'un billet couplé à 6€ (au lieu de 8€).


Le déplacement chez Pier Paolo Pasolini est autant un thème de prédilection qu'une méthode de travail. Du centre à sa périphérie, de la langue au dialecte, du moderne à l'ancien, du moi à l'autre..., le cinéaste anthropologue met en œuvre une véritable poétique où les langues, les architectures, les visages et les paysages se mélangent aux mythes anciens et aux textes sacrés. Partout, il va et cherche aussi un lieu où le « génocide culturel » de la société de consommation n'a pas encore tué la possibilité d'un rapport sacral à la réalité, d'une croyance vivante dans le mythe. Du nord au sud de l'Italie, avec Rome pour point d'ancrage, mais aussi en Inde, en Afrique et au Moyen-Orient, sa passion pour le passé des paysages, les langues menacées et les corps réfractaires, constitue non seulement la base esthétique du cinéaste, mais aussi, depuis le début, du poète Pasolini.

PROGRAMME DETAILLE APRES-MIDI :

14h30 : Conférence d'Hervé Joubert-Laurencin : « Pasolini, città aperta »

Hervé Joubert-Laurencin est professeur de cinéma, spécialiste de Pier Paolo Pasolini dont il est aussi un des traducteurs français. Il a publié notamment Pasolini, portrait du poète en cinéaste (Cahiers du cinéma, 1995), Le Dernier poète expressionniste – Écrits sur Pasolini (Les Solitaires Intempestifs, 2005) et Salò ou les 120 journées de Sodome de Pier Paolo Pasolini (Les Éditions de la Transparence, 2012).

 

15h30 : Conférence de Georges Didi-Huberman : « Cinéma de poésie : Godard face à Pasolini »

Georges Didi-Huberman est philosophe et historien de l'art, il enseigne à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il a publié de nombreux ouvrages sur l'histoire, la théorie des images et, récemment : Survivance des lucioles (Éditions de Minuit, 2009) et Peuples exposés, peuples figurants (Éditions de Minuit, 2012), deux essais qui dialoguent avec la pensée et les écrits de Pasolini.

 

16h30-18h : Table ronde : « Pier Paolo Pasolini, enquête sur un cinéaste en voyages », avec Dacia Maraini et Roberto Chiesi.

Animée par Jordi Balló.

Dacia Maraini est écrivaine, scénariste (pour Marco Ferreri, Pier Paolo Pasolini) et amie proche de Pasolini. Plusieurs films se sont inspirés de son œuvre et la plupart de ses livres ont été traduits en français. En 1996, La Vie Silencieuse de Mariana Ucria a été adapté au cinéma par Roberto Faenza.

Critique de cinéma et responsable du Centro Studi – Archivio Pier Paolo Pasolini de la Fondation Cinémathèque de Bologne, Roberto Chiesi est membre du comité scientifique de la revue Studi pasoliniani. Parmi ses livres, Hou Hsiao-hsien (Le Mani, 2002), Jean-Luc Godard (Gremese, 2003), ainsi que Pier Paolo Pasolini La rabbia (2009), I magliari di Francesco Rosi (2009), Pier Paolo Pasolini – My Cinema (2012), publiés par la Cinémathèque de Bologne.

Jordi Balló est critique, essayiste et professeur de cinéma, ancien directeur des expositions du Centre de Cultura Contemporània de Barcelone. Il est commissaire, avec Gianni Borgna et Alain Bergala, de l'exposition « Pasolini Roma » présentée à la Cinémathèque française.

 

18h : Dialogue avec Ninetto Davoli, animé par Alain Bergala

Découvert par Luigi Zampa, Ninetto Davoli débute réellement sa carrière d'acteur en 1964 avec Pier Paolo Pasolini qui deviendra son mentor et le dirigera dans onze de ses films (Des oiseaux petits et gros, Le Décaméron, Les Mille et une nuits...). Son amitié avec Pasolini lui permet de rencontrer et de tourner avec d'autres réalisateurs tels que Carlo Lizzani, Bernardo Bertolucci, Sergio Corbucci et Elio Petri.

Tarifs demi-journée : PT 4€ / TR 3€ / FAP 2€50 / Libre Pass accès libre
Journée complète : possibilité d'un billet couplé à 6€ (au lieu de 8€).