En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 18 juin 2015, 09h30

Salle Henri Langlois

09h30 → 18h00 (510 min)

Journée d'étude Orson Welles


Falstaff
Falstaff (Chimes at Midnight)
Orson Welles
Espagne-Suisse / 1964 / 117 min / Numérique / VO

D'après des pièces de William Shakespeare.

Avec Orson Welles, Keith Baxter, John Gielgud, Jeanne Moreau, Marina Vlady.

Le prince de Galles succèdera un jour à son père Henry IV sur le trône d'Angleterre. Il est tiraillé entre son destin et son amitié avec le truculent Falstaff.


45 min

Lors d'un premier séjour européen (1947-1955), Welles défie Hollywood à distance tout en nourrissant l'espoir d'y revenir par la grande porte. Il cultive l'image d'un globetrotter dont le public premier reste américain. Lors d'un exil plus déterminé (1958-1970), il sillonne le Vieux Continent et la liste des producteurs et financiers avec lesquels il se lie couvre la plupart des pays européens. Il a aussi tourné en Amérique latine dès 1942, à Hong Kong... Premiers repères pour suivre le nomade à la trace. 

François Thomas est enseignant à la Sorbonne Nouvelle et collaborateur de Positif, il a publié de nombreux articles sur Welles ainsi que, en collaboration avec Jean-Pierre Berthomé, Citizen Kane (1992) et Orson Welles au travail (2006).


Orson Welles est venu pour la première fois en Espagne à dix-huit ans, en 1934, et ses cendres reposent dans la villa du torero Antonio Ordoñez, à Ronda. C'est en Espagne encore qu'il a tourné plusieurs films, de Mr. Arkadin à l'inachevé Don Quichotte et, surtout, Falstaff (1965), portrait de son bien-aimé sir John et véritable leçon de maîtrise de toutes les techniques du cinéma.

Esteve Riambau est directeur de la Filmothèque de Catalogne depuis 2010. Historien et réalisateur de cinéma, il a aussi adapté et mis en scène en 2008 la pièce Votre serviteur Orson Welles. Scénariste du documentaire Orson Welles en el país de Don Quijote (2000), il est l'auteur de quatre livres sur le cinéaste dont Las cosas que hemos visto. Welles y Falstaff (2015).


L'Italie : se réinventer dans la Renaissance
Conférence de Jean-Pierre Berthomé

L'Italie de Welles ressemble à celle de Shakespeare : un monde pittoresque pétri de culture et de sagesse, une scène offerte en permanence à nos représentations. Welles s'y réinvente après la guerre, comme acteur puis comme réalisateur, et il y trouvera souvent sujets, décors, acteurs et techniciens.

Jean-Pierre Berthomé est historien du cinéma et collaborateur de Positif. Il a publié des ouvrages sur Jacques Demy, Max Ophuls et, en collaboration avec François Thomas, Citizen Kane (1992) et Orson Welles au travail (2006).


Orson Welles vu par Oja Kodar
Dialogue avec Oja Kodar

Sculptrice, scénariste, actrice et réalisatrice, Oja Kodar a été la compagne et proche collaboratrice d'Orson Welles. Elle a joué entre autres dans The Deep, The Other Side of the Wind et Vérités et mensonges.


Les aléas d'un tournage déplacé d'un pays à l'autre ont profondément modifié le projet initial de ce « cauchemar très actuel » adapté du roman de Kafka. Mais Welles a tiré parti des difficultés de production avec une inventivité permanente, réalisant ici un de ses films les plus personnels. 

Jean-Philippe Trias enseigne l'histoire et l'esthétique du cinéma à l'Université Paul Valéry Montpellier. Il est l'auteur de Le Procès d'Orson Welles (2005). Il a dirigé la revue Cinergon dans laquelle il a publié plusieurs articles consacrés aux films de Welles.


Orson Welles et l'Allemagne d'après guerre
Conférence de Stefan Drössler

De 1950 à sa mort, Orson Welles a entretenu des relations ambiguës avec l'Allemagne. Sa première tournée théâtrale s'achève en incident diplomatique, Welles disant avoir été témoin de chants nazis. Il y tourne néanmoins en partie Mr. Arkadin et le pays demeure un financeur important. Cette présentation sera aussi l'occasion de découvrir des documents et des extraits de films rares. 

Stefan Drössler est directeur du Filmmuseum de Munich qui abrite un des plus importants fonds Welles déposé par Oja Kodar. Il a consacré de nombreux écrits au cinéaste et a restauré certains de ses films, dont Mr. Arkadin.


Table ronde avec  avec Dominique Antoine, Jean-Pierre Berthomé, Stefan Drössler, Esteve Riambau et Anca Visdei, animée par Bernard Benoliel

Dominique Antoine est productrice pour la télévision et le cinéma. Elle a collaboré avec Orson Welles de 1971 à 1976, en particulier sur The Other Side of the Wind. Critique de cinéma, scénariste et directrice de festivals (Lausanne, Bucarest)

Anca Visdei a publié des romans (Actes Sud), une biographie de Jean Anouilh et, tout récemment, une biographie d'Orson Welles (Éditions de Fallois).