En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 19 septembre 2013, 21h15

Salle Georges Franju

21h15 → 23h20 (125 min)

Leos Carax
France / 1986 / 125 min / 35mm

Avec Denis Lavant, Juliette Binoche, Michel Piccoli.

Sous l'accablante chaleur dégagée par la comète de Halley, la population parisienne est frappée par un virus tuant ceux qui font l'amour sans s'aimer.

Dans la plus belle expression d'un cinéma du sensitif et de l'expérimentation visuelle, Mauvais Sang marque l'avènement de Leos Carax, révélé deux ans plus tôt avec Boy Meets Girl. Entre onirisme, poésie au romantisme échevelé et décrochages réalistes, il demeure le film culte d'une génération, l'un des premiers à décrire métaphoriquement le virus du sida. Inondé de références littéraires (Rimbaud, Céline) et cinématographiques (Fellini, Cocteau, Chaplin), il témoigne de l'idéalisme d'une jeunesse emportée dans la course folle de la vie, où l'inquiétude prend progressivement le pas sur l'insouciance. Au cœur d'une mosaïque de séquences, le cinéaste associe la naïveté et la fougue de l'adolescence à la maîtrise d'une mise en scène mêlant les styles et les courants artistiques. À la fois rite initiatique et fiévreuse histoire d'amour, Mauvais Sang multiplie les fulgurances – dont la mythique scène de Denis Lavant sur Modern Love – dans le tableau d'une époque qui ne cherche pas à investir le politique et à donner corps à l'actualité. Ivre de liberté, de mots et de couleurs, Leos Carax préfère feindre les codes du polar dans un espace hors du temps où l'amour va de pair avec la mort.