En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Printemps tardif
Printemps tardif

dimanche 18 mai 2014, 17h15

Salle Henri Langlois

17h15 → 19h05 (108 min)

Yasujiro Ozu
Japon / 1949 / 108 min / 35mm / VOSTF

Avec Chishu Ryu, Setsuko Hara, Yumeji Tsukioka.

Noriko a vingt ans et vit heureuse aux côtés de son père à Kamakura. Elle doit le quitter pour se marier. Afin de l'inciter à accepter un prétendant, son père lui fait croire qu'il va se remarier.

Printemps tardif est une excellente porte d’entrée dans l’univers d’Ozu, pour qui ne connaît pas encore son œuvre. Déclin de la famille, perte de ses valeurs, décalage des générations sont les thèmes fondamentaux sur lesquels le cinéaste se concentrera désormais, jusqu’au dernier film, Le Goût du Saké, en 1962. Un style limpide, une mise en scène dépouillée et de longs plans fixes au ras du sol. Une composition harmonieuse des décors, de la maison japonaise en particulier, toute en lignes droites et parallèles. La forme la plus simple pour mieux explorer les sentiments. Ozu décrit, avec justesse et beauté, un amour inconditionnel entre un père et sa fille, merveilleusement interprété par Chishū Ryū et Setsuko Hara, ses comédiens fétiches. C’est pur, subtil et déchirant.