En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
La Bête s'éveille
La Bête s'éveille

vendredi 28 janvier 2022, 19h30

Salle Jean Epstein

19h30 → 22h00 (149 min)
Discussion annulée

La Bête s'éveille
The Sleeping Tiger
Joseph Losey
Grande-Bretagne / 1954 / 89 min / 35mm / VOSTF

Avec Dirk Bogarde, Alexis Smith, Alexander Knox.

Un psychanalyste installe chez lui un criminel dont il veut faire un sujet d'expérience. Glenda, sa femme, en tombe amoureuse.

Désormais installé à Londres après son expulsion d'Italie, Joseph Losey adapte, sous le nom de Victor Hanbury, un roman de Maurice Moiseiwitsch, La bête s'éveille. Malgré des conditions de tournage difficiles, il entame, grâce à ce film, une collaboration fructueuse avec Dirk Bogarde, qui deviendra l'un de ses acteurs fétiches. Souvent considéré comme la première version de The Servant, La bête s'éveille oscille entre le drame, le thriller psychologique et le polar. Traversé par l'affection de Losey pour les dialogues ambigus, il confirme l'attrait du cinéaste pour la part d'ombre de l'humain et sa volonté de céder à ses fantasmes. Dans sa manière d'instaurer une tension grandissante, Losey crée des fulgurances de mise en scène et s'amuse des invraisemblances de son récit afin d'observer le rôle parfois abusif de la psychanalyse.


60 min

À la suite de la projection de La Bête s'éveille de Joseph Losey

« Ce film de commande que Losey accepte après deux années d'inactivité forcée inaugure le cycle le plus fructueux de la carrière du réalisateur. (...) Ce qui séduit dans La Bête s'éveille, c'est son esthétique empruntée au film noir. La rapidité d'exposition des faits, l'éclairage expressionniste, le montage serré, tout concourt à donner au film l'aspect d'un thriller. »
Laurent Perrin, Les Cahiers du cinéma, janvier 1981


Jean-François Rauger est directeur de la programmation de la Cinémathèque française.