En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 16 septembre 2021, 20h00

Salle Henri Langlois

20h00 → 22h35 (154 min)

Richard Brooks
Grande-Bretagne / 1964 / 154 min / 70mm / VOSTF

D'après le roman Lord Jim de Joseph Conrad.

Avec Peter O'Toole, Curd Jürgens, James Mason, Eli Wallach.

Le lieutenant Jim embarque à bord d'un navire pour convoyer un groupe de pèlerins. Quand survient une tempête, il fuit par lâcheté et abandonne les passagers à leur destin. Rongé par le remords, il cherchera à se racheter à tout prix.

Tourné en Super Panavision 70 / Technicolor, son 6-pistes MAGNETIC.


Lord Jim, c’est Peter O’Toole. Mais Peter O’Toole, c’est Lawrence d’Arabie. Le film de Brooks ne peut éviter la comparaison avec la fresque de David Lean. “De Lord Jim, je voulais faire un tout petit film. Mais je me suis laissé entraîner par les studios à faire cette grande machine, qui est une sorte de Lawrence d’Arabie, mais moins bon…”, admet Brooks. Reste que le cinéaste a l’habitude de s’attaquer à des monuments de la littérature, et il parvient à s’approprier l’œuvre de Conrad. Monologues, voix off et flashbacks servent parfaitement les déambulations intérieures du personnage, l’exploration d’une âme. Malgré ses airs de superproduction exotique, un tournage à grands frais au Cambodge, James Mason qui cabotine, Freddie Young à la photo comme pour Lawrence..., ce Lord Jim sur pellicule aborde sans reculer la thématique du roman, la recherche de la rédemption et du salut après la chute, et avance une définition, cruelle, du héros. Mais c’est aussi et plus simplement, pour son réalisateur, un film aux ambitions plus modestes : ”entendre, voir, et sentir”.