En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 24 juillet 2021, 22h00

Salle Henri Langlois

22h00 → 23h45 (102 min)

Paul Verhoeven
États-Unis / 1987 / 102 min / DCP / VOSTF

Avec Peter Weller, Nancy Allen.

Dans la ville de Detroit, qui abrite le crime organisé, l'officier de police James Murphy est laissé pour mort après une fusillafe. Il devient alors un parfait cobaye pour la création d'une nouvelle arme, un hybride mi-homme, mi-robot.

Quand Paul Verhoeven accepte de réaliser Rocobop en 1986, le scénario du film a été refusé par à peu près tous les réalisateurs de Hollywood. Lui aussi rebuté après une première lecture rapide, il se laisse finalement convaincre par sa femme qu'il y a peut-être bien là, potentiellement, quelque chose à tirer de ce concept a priori idiot. Après l'échec de son dernier film européen, La Chair et le sang, Verhoeven traverse l'Atlantique et se confronte à l'Amérique reaganienne dont le Detroit moribond du film devient le parfait symbole. La charge est violente et sans nuance : les États-Unis sont aux mains de complexes militaro-industriels dont le cynisme régit une société rongée par le consumérisme. Au sein de ce cloaque, la figure christique du Robocop agit en rédemptrice d'une nation à la recherche de sa dernière part d'humanité. Souvent drôle, tant il pousse loin la satire politique, d'une violence grand-guignolesque assumée comme telle, le film est un succès commercial et lance véritablement la carrière américaine de Verhoeven en faisant de Robocop l'un des personnages les plus emblématiques du cinéma américain des années 1980. La critique, elle, se déchire sur le contenu idéologique du film, tantôt vu comme l'apologie d'une justice expéditive déshumanisée, tantôt comme un pamphlet gauchiste. Verhoeven continuera, lui, à cultiver à l'écran une ambiguïté morale apparente qu'il poussera à son comble dans Starship Troopers, dix ans plus tard.

Olivier Gonord