En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

mardi 27 octobre 2020, 15h00

Salle Henri Langlois

15h00 → 16h50 (108 min)

Le Faussaire
Die Fälschung
Volker Schlöndorff
République fédérale d'Allemagne-France / 1981 / 108 min / 35mm / VOSTF
D'après le roman Le Faussaire de Nicolas Born.

Avec Bruno Ganz, Hanna Schygulla, Jerzy Skolimowski.

Georg, un reporter allemand, est envoyé à Beyrouth pour enquêter sur les causes de la guerre au Liban. Il y retrouve une ancienne maîtresse et découvre les traumatismes du conflit, qu'il refuse de raconter à son retour.

Volker Schlöndorff filme Bruno Ganz, Jean Carmet et Hanna Schygulla dans une Beyrouth dychotomique, entre les entrailles de la guerre et la vie qui continue de palpiter, dans les marchés, les discothèques, les bars… Le constat est glaçant, l’horreur absolue, crue. Hors de question de la nier, au contraire, l’affronter, la regarder en face, par exemple à travers le viseur du photographe incarné par le réalisateur polonais Jerzy Skolimowski : c’est le pari de Schlöndorff, dont le film, peinture presque impressionniste, se situe à la frontière du reportage. La haine est universelle, et la métaphore de l’Allemagne, blessée, blafarde, qui continue de se (re)construire malgré tout, n’est pas loin. Mais pas seulement. Bien au-delà du Liban déchiré, le cinéaste prend le pouls d’une humanité à la fois abjecte et faible, belle et forte, et dénonce une forme de fascination inévitable : « L’ambiguité du film est aussi sa qualité. Au fond, ce qui dérange, c’est que tous les films de guerre sont racontés par un personnage actif, généralement un soldat. Ici, c’est un voyeur, un journaliste passif. Il renvoie le spectateur à sa propre image de voyeur. D’où le malaise ».