En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 4 septembre 2020, 21h00

Salle Henri Langlois

21h00 → 22h45 (103 min)

Les Proies
The Beguilded
Don Siegel
États-Unis / 1970 / 103 min / 35mm / VOSTF
D'après le roman The Beguiled de Thomas Cullinan.

Avec Clint Eastwood, Geraldine Page, Elizabeth Hartman.

John McBurney, soldat nordiste blessé, est recueilli côté sudiste dans un pensionnat pour jeunes filles. Il joue de son charme pour ne pas être dénoncé une fois soigné. Mais son stratagème le place dans une situation périlleuse.

Dans un Sud poisseux et bien plus proche de Tennessee Williams que de Margaret Mitchell, Don Siegel érige Clint Eastwood en objet érotique. À la fois joueur et jouet. Offert à la convoitise étouffante de ces mantes religieuses, petit groupe de femmes, mures ou bourgeonnantes, qui rivalisent de séduction. Siegel tire le fil de la perversion, qui change allègrement de camp, plante sa caméra entre les portes entrebaillées, derrière les persiennes, cadre les visages entre ombre et lumière, observant, les yeux mi-clos, ce joli petit monde. Morale mise à mal, huis clos, manipulation, fantasmes, loi du désir et donc de la frustration, inceste et viol, un chapelet de tabous égrenés un à un dans ce film d'atmosphère, étouffant et baroque, magnifique. Couleurs sombres, bruns et verts, pas de maquillage, éclairage à la bougie, recherche d'authenticité pour dénoncer et mettre l'accent sur les réalités de la guerre : on glisse insidieusement de la romance à l'horreur, du badinage à la souffrance, d'une tension sexuelle à un suspense mortel. Vénéneux, comme son twist final.