En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
L'Homme de la plaine
L'Homme de la plaine

dimanche 19 février 2006, 16h30

Salle Henri Langlois

16h30 → 18h15 (105 min)

L'Homme de la plaine
The Man from Laramie
Anthony Mann
Etats-Unis / 1954 / 104 min
D'après le roman The Man from Laramie de Thomas T. Flynn.

Avec James Stewart, Arthur Kennedy, Donald Crisp.

Le capitaine Will traque un trafiquant d'armes qui vend des fusils aux Apaches.

Restauration par Sony Pictures Entertainment en 4K. Distribué par Park Circus.


Dernier opus d'un quatuor de westerns, réalisés par Anthony Mann avec James Stewart dans la première moitié des années 1950, L'Homme de la plaine est l'apogée d'une collaboration qui aura donné au genre quelques-unes de ses plus belles œuvres. Librement adapté du Roi Lear de Shakespeare, L'Homme de la plaine met à nu la psyché de toute une nation : à la frontière d'un territoire indien qui abrite le conflit entre état sauvage et civilisation, c'est là qu'elle se bâtit, dans la violence, et grandit en peinant à se libérer des traumatismes de sa fondation. Le royaume du vieux Waggoman, construit sur une forme de compromis avec les Apaches, est voué à disparaître, en même temps que l'arrangement rendu un temps possible. « On me disait enfant que j'avais la chance d'avoir deux origines, irlandaises et indiennes. Que j'aurais deux endroits où je serais chez moi. Il semblerait qu'en fait, je n'en aie aucun » se remémore le compagnon de Will Lockhart (James Stewart). La soif de conquête et de profit, cette voracité intrinsèque, consumera chez les fils les velléités de rédemption des pères. Le vieux Roi n'aura pas d'héritier, les soldats d'hier erreront à la recherche d'une impossible réparation et les États-Unis ne pourront finalement naître qu'à condition de détruire une part d'eux-mêmes et de leurs idéaux. Portée par une remarquable finesse d'écriture qui transcende ce thème rebattu par le genre et magnifiée par un Technicolor somptueux, la tragédie touche au sublime.

Olivier Gonord