En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 3 octobre 2020, 21h30

Salle Henri Langlois

21h30 → 23h00 (90 min)

Luis Buñuel
Espagne-Mexique / 1960 / 90 min / DCP / VOSTF
D'après le roman Halma de Benito Pérez Galdós.

Avec Silvia Pinal, Francisco Rabal, Fernando Rey.

Jeune novice dans un couvent, Viridiana rend visite, avant de prononcer ses vœux, à son oncle Jaime. Il découvre en elle le sosie de son épouse, morte vingt ans auparavant, le soir de leurs noces.

Palme d’or du Festival de Cannes 1961, Viridiana est aussitôt censuré en Espagne et sa sortie retardée en France. Les journaux ont interdiction d’en parler. À Rome, le procureur général attaque Buñuel en justice et le condamne à la prison s’il se rend en Italie. Les autorités crient au scandale : comment une œuvre aussi impie a-t-elle pu obtenir le visa de censure ? Couronne d’épines jetée au feu, scène d’amour sur fond de Requiem de Mozart, l’Alléluia du Messie de Haendel pendant une odieuse orgie. Et surtout cette reconstitution de la Cène de Léonard de Vinci pour le banquet des mendiants avec, en lieu et place du Christ, un affreux clochard ivre et aveugle. Pourtant, Buñuel reçoit bien, au départ, l’autorisation de tourner, la censure n’exigeant qu’une seule modification à la toute fin du film : Viridiana se rend dans la chambre de son cousin, insinuant une liaison incestueuse. Buñuel, malicieux, accepte de remplacer la scène : la jeune femme rejoint finalement le cousin et la servante en pleine partie de belote, rendant la fin du film plus immorale encore, puisqu’elle suggère un futur ménage à trois !