En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Papa, maman, la bonne et moi
Papa, maman, la bonne et moi

samedi 25 juillet 2020, 16h00

Salle Henri Langlois

16h00 → 17h40 (97 min)

Jean-Paul Le Chanois
France / 1954 / 97 min / 35mm

Avec Robert Lamoureux, Nicole Courcel, Gaby Morlay, Louis de Funès.

Robert tombe amoureux d'une charmante jeune fille, Catherine. Comme il vit encore chez ses parents, il s'arrange pour la faire engager comme bonne.

Opération séduction dans la famille Langlois… Bien sûr, la vedette du film est bien Robert Lamoureux, qui pousse la chansonnette. Car avant d’être transposée à l’écran grâce à la plume alerte de Marcel Aymé, l’histoire est d’abord une chanson à succès de 1950. Mais il y a Louis de Funès, dans l’un des innombrables rôles qu’il interprète dans les années 50, avant que sa carrière au premier plan ne décolle véritablement. Il campe ici un voisin bricoleur et râleur, et sa simple apparition suffit à faire pencher le film vers le burlesque. À leurs côtés, la jeune Nicole Courcel qui apporte toute sa fraîcheur, et deux vedettes solides du cinéma d’avant et d’après-guerre, Gaby Morlay, enjouée et dynamique, et Fernand Ledoux, parfait vieux grincheux. La réalisation classique de Le Chanois repose en partie sur la voix off, qui porte un regard acéré sur tout ce joli petit monde. Comédie populaire agréable et sincère, Papa, maman, la bonne et moi est aussi, à travers la vie quotidienne et l’organisation sociale d’un immeuble parisien, une peinture sociale de la petite bourgeoisie qui entre de plain pied dans les Trente Glorieuses. Devant le succès, l’équipe entière se reformera d’ailleurs pour tourner une suite, deux ans plus tard, avec Papa, maman, ma femme et moi.