En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 21 mars 2020, 21h30

Salle Georges Franju

21h30 → 23h25 (111 min)

Andreï Kontchalovski
Etats-Unis / 1985 / 111 min / DCP / VOSTF
d'après Ryûzô Kikushima

Avec Jon Voight, Eric Roberts, Rebecca De Mornay.

Un gangster réputé dangereux et une petite frappe s'évadent d'un pénitencier d'Alaska. Parvenus à une gare, ils sautent à bord d'un convoi, mais peu après, le conducteur de la locomotive est terrassé par une crise cardiaque.

Scènes spectaculaires, tension extrême, images fascinantes d’un train fou dans le Grand Alaska. Pour son deuxième film américain (après Maria’s Lovers), Kontchalovski reprend un scénario de Kurosawa avec qui il s’entretient longuement lors d’une rencontre à Tokyo : « Nous n’abordâmes ensemble que les problèmes techniques, mécaniques, que pouvait soulever le film. Kurosawa, très méticuleux et pointilleux du détail, tenait beaucoup à ce que les trois protagonistes ne puissent jamais atteindre la deuxième locomotive de tête. Homme de tact, il ne se mêla en rien de ma vision artistique. Après plusieurs vodkas, nous avons d’ailleurs surtout discuté du marxisme. Avec Buñuel, Fellini et Bergman, Kurosawa appartient à cette race de metteurs en scène que j’admire le plus. Quatre univers d’ailleurs très proches philosophiquement, où l’homme est étudié dans sa dualité qui balance en permanence entre le bien et le mal. Avec des questions toujours sans réponse et une énorme aristocratie dans la fantaisie, une légèreté jamais mécanique. Je me réclame d’eux, j’épouse leurs idées, m’estimant un peu comme leur élève. »