En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 2 avril 2020, 19h00

Salle Jean Epstein

19h00 → 20h50 (107 min)

Andreï Kontchalovski
Etats-Unis-Grande-Bretagne / 1986 / 107 min / 35mm / VOSTF
D'après la pièce Duet for One de Tom Kempinski.

Avec Julie Andrews, Alan Bates, Max von Sydow.

Une violoniste virtuose voit sa carrière et sa vie brisées par la sclérose en plaques.

« Julie Andrews a en elle tant de lumière, de vulnérabilité et de pureté, qu’elle seule pouvait jouer ce rôle morbide sans le rendre macabre. » Kontchalovski filme au plus près le visage de son actrice, héroïne bagarreuse pleine de colère et de passion. Autour d’elle, une dizaine de personnages inventés par le cinéaste, élargissant ainsi le récit adapté de la pièce de Tom Kempinski, dont l’action se déroulait dans le seul cabinet du psychiatre. Max von Sydow joue le psy, Rupert Everett, le disciple passionné, Liam Neeson, l’amant brocanteur. Quant à Alan Bates, magnétique, il campe le mari compositeur qui ne saura pas plus faire face à la mort qu’il n’a su faire face à la vie. Kontchalovski sait aussi très bien filmer la musique de Bach, dans cette histoire de survie qui aborde les grands thèmes de l’existence : la maladie, la mort, la solitude, l’amour. Une mélodie du malheur pour un beau mélo.