En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Ça commence à Vera Cruz
Ça commence à Vera Cruz

samedi 28 mars 2020, 19h00

Salle Henri Langlois

19h00 → 20h15 (71 min)

Don Siegel
États-Unis / 1949 / 71 min / 35mm / VOSTF
D'après la nouvelle The Road to Carmichael's de Richard Wormser.

Avec Robert Mitchum, Jane Greer, William Bendix.

Le lieutenant Halliday est injustement accusé d'avoir dérobé une importante somme d'argent à l'armée. Pour prouver son innocence, il part à la recherche du véritable voleur.

Copie 35mm de la Cinémathèque de Toulouse.


Troisième film de Don Siegel, souvent estampillé série B, Ça commence à Vera Cruz se refuse à toute étiquette, et rebondit allègrement entre aventure, comédie et film noir. Tout en allant piocher dans de belles références (Ramon Novarro, clin d'œil au muet, ou le couple Jane Greer/Robert Mitchum de La Griffe du passé, sommet noir de Tourneur), Don Siegel s'amuse à enchaîner les clichés pour mieux les dégommer. Raillant à la fois les familles nombreuses mexicaines et la complexité de la langue anglaise. Filmant une traditionnelle bagarre finale, mais, ingénieuse idée, dans la pénombre. Centrant son intrigue sur une inévitable course-poursuite en voiture, mais installant une femme derrière le volant. « Nous avons fait ce film uniquement parce que Robert Mitchum était en prison pour usage de stupéfiants, et que le studio devait prouver qu'il l'employait légitimement » déclarera plus tard le cinéaste. La production est fauchée, Mitchum atteint des sommets de désinvolture, et quelques raccords manquent de précision, mais peu importe : Siegel saisit parfaitement la lumière et la chaleur écrasante du Mexique, installe un rythme précis, nerveux. Et offre un film léger et drôle.