En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

mercredi 29 avril 2020, 17h30

Salle Georges Franju

17h30 → 18h40 (68 min)

Alain Resnais
France / 1958 / 14 min / DCP

Avec Sacha Vierny.

Film de commande réalisé pour le groupe pétro-chimique Péchiney, qui montre tous les mystères techniques de la fabrication du plastique et de ses dérivés.

« Si le court métrage n’existait pas, Alain Resnais l’aurais sûrement inventé. Jamais, je crois, depuis ceux d’Eisenstein, un film n’a été aussi scientifiquement médité que Le Chant du Styrène.
Le Chant du styrène, c’est quatorze mois de travail pour un film de quatorze minutes sur les matières plastiques. C’est aussi un texte de Raymond Queneau qui rend chaque image tashlinesque en y introduisant le fameux décalage cher à Renoir. Et le résultat est là, en cinémascope colorié : des plans si profondément rivés les uns aux autres malgré l’absence de tout personnage vivant, donc en se privant de la facilité des raccords sur un effet dramatique, une centaine de plans, dis-je, si harmonieusement soudés entre eux qu’ils donnent la fantastique sensation de n’être qu’un seul long plan-séquence, un seul et jupitérien travelling dont le phrasé prodigieux n’est pas sans évoquer les grandes cantates de Jean-Sébastien Bach. » (Jean-Luc Godard, 1959)


Alain Resnais
France / 1955 / 32 min / DCP

Alain Resnais, à la demande du Comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale, se rend à Orianenbourg, Auschwitz, Dachau, Ravensbrück, Belsen, où des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants ont perdu la vie dans les camps d'extermination.

« Nuit et brouillard était ce petit film que des gens comme moi ont pris en pleine gueule à douze ou treize ans et qui leur a dit que le cinéma existait, que les camps existaient, que l'homme existait, que le mal existait, et ils ne l'ont plus jamais oublié. » (Serge Daney)


Alain Resnais
France / 1956 / 22 min / DCP

Avec Jacques Dumesnil, Gérard Willemetz, Anne Sarraute.

Documentaire sur la Bibliothèque Nationale, véritable musée des mots où lectures, œuvres précieuses et introuvables, catalogues et collections de livres, véritable mémoire du monde, sont répertoriés, analysés, classés et consultés.

Assistant sur le film, Chris Marker en a également cosigné le commentaire avec Remo Forlani.

Film restauré et numérisé par L'Agence du court métrage avec l'aide du CNC.