En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 6 mars 2020, 20h00

Cinéma Reflet Médicis Hors les murs

20h00 → 22h50 (166 min)
Présentation par Mathieu Macheret

Manoel de Oliveira
Portugal / 1981 / 166 min / DCP / VOSTF
D'après le roman Fanny Owen d'Agustina Bessa-Luís.

Avec Teresa Meneses, Diogo Dória, Mário Barroso.

Dans les années 1850, au Portugal, l’écrivain Camilo Castelo Branco et son ami José Augusto tombent amoureux des deux sœurs Owen. José Augusto est épris de Marie, mais c’est Fanny qu’il enlève, une nuit.

Restauration 4K par la Cinémathèque portugaise, à partir du négatif caméra original 35mm.


« Créer un ange dans la plénitude du martyre » : projet délirant que nourrit, dans le Portugal déclinant des années 1850, le gentilhomme José Augusto Pinto de Magalhães (Diogo Dória) pour la belle Fanny « Francisca » Owen (Teresa Menezes), fille lettrée d'un officier anglais, également convoitée par son ami l'écrivain Camilo Castelo Branco (Mário Barroso). Adapté du roman Fanny Owen (1979) d'Agustina Bessa-Luís, le sixième long métrage de Manoel de Oliveira clôt superbement sa tétralogie dite « des amours frustrées » avec cette histoire d'une passion continuellement ajournée par ses zones d'ombres et autres détours secrets. Le cinéaste cerne l'état d'esprit d'une époque, cette queue de comète du romantisme où les passions s'exténuent avant d'être simplement vécues, à force d'être examinées à la loupe et décortiquées de l'intérieur. Fanny et ses prétendants se prennent au piège des images littéraires (Lord Byron) qu'ils projettent les uns sur les autres. Jusqu'au bout, le cœur de l'aimée demeurera impénétrable à José Augusto, son terrible inquisiteur, y compris quand il en tiendra la relique au creux de la main : au fond de l'être, les organes ne comportent rien des sentiments qui les ont traversés. Oliveira ressaisit cette illusion dévorante dans une mise en scène de studio fondée sur l'artifice et le hiératisme des comédiens, dont les regards ne se croisent jamais, mais plongent parfois directement dans l'axe de la caméra, prenant à témoin l'acte même de la représentation.

Mathieu Macheret


Ajouter 2020-03-06 20:00:00 2020-03-06 22:46:00 Europe/Paris Francisca Francisca Salle Cinéma Reflet Médicis - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr