En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
La Stratégie de l'araignée
La Stratégie de l'araignée

vendredi 6 mars 2020, 21h30

Salle Georges Franju

21h30 → 23h10 (98 min)
Séance présentée par Jacques Bontemps

La Stratégie de l'araignée
Strategia del ragno
Bernardo Bertolucci
Italie / 1969 / 98 min / DCP / VOSTF

Avec Alida Valli, Giulio Brogi, Tino Scotti.

Un jeune homme, Athos, retrouve le village de son enfance. Son père y est mort l'année de sa naissance, assassiné par les Chemises noires.

Restauration par la Fondation Cineteca di Bologna et Massimo Sordella, en collaboration avec Compass Film.


Réalisé entre Partner et Le Conformiste, La Stratégie de l'araignée est un film tourné pour la télévision, une commande de la RAI, un objet formellement singulier, point de rencontre et de rupture, entre l'avant-gardisme du titre précédent et le suspense psychologique et politique qu'incarnera le suivant. Il s'agit de l'adaptation par Bertolucci lui-même, mais aussi Marilu Parolini et Eduardo de Gregorio, de la nouvelle de Jose Luis Borges, Le Thème du traître et du héros. Un homme revient à Tara, un village de l'Émilie Romagne, dont la beauté est magnifiquement captée par la caméra de Vittorio Storaro. Trente ans plus tôt, son père, héros de la lutte antifasciste, y fut tué par les Chemises noires. Le jeune homme découvrira une vérité très éloignée de celle énoncée par les récits officiels. Le film est conçu, par Bertolucci lui-même, comme une sorte de règlement de comptes. Avec une certaine vision idéologique et légendaire de l'Histoire, mais aussi avec la figure du père. « La Stratégie de l'araignée, dira-t-il, est né du besoin d'affronter l'ambiguïté de l'histoire, de démystifier les figures héroïques des pères bourgeois et antifascistes... » Il s'agit, tout à la fois, d'une enquête intime et un voyage au cœur de la mémoire. Les dernières images de cette œuvre devenue rare, les rails désaffectés de la gare de Tara envahis par les herbes folles, en dévoilent la nature d'odyssée mentale.

Jean-François Rauger