En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Autobiographie d'une princesse
Autobiographie d'une princesse

lundi 3 février 2020, 21h30

Salle Georges Franju

21h30 → 23h15 (105 min)

Autobiographie d'une princesse
Autobiography of a Princess
James Ivory
Grande-Bretagne / 1975 / 60 min / DCP / VOSTF

Avec James Mason, Madhur Jaffrey.

À Londres, le jour de l'anniversaire de son père défunt, une princesse indienne reçoit pour le thé l'ancien précepteur anglais du Maharadjah. Ensemble, ils évoquent le passé en regardant de vieux films amateurs.

La princesse du titre, c’est un peu Ivory lui-même, avec ses souvenirs, sa nostalgie. L’Occidental, immense et subtil James Mason, c’est lui aussi, avec son constat amer et lucide qu’approcher l’Inde, c’est en réalité la connaître de moins en moins. Entre mesure et délicatesse, cette autobiographie parle aussi du deuil : d’un père porté aux nues, d’une époque et d’une civilisation perdues. Et du cinéma comme catalyseur, avec de vieux films comme déclencheurs du souvenir, comme traces d’un passé révolu.


James Ivory
États-Unis / 1964 / 45 min / numérique / VOSTF / Film sous réserve

Documentaire sur Delhi dans lequel on découvre à la fois la vie quotidienne et le passé d'une ville marquée successivement par la présence afghane, moghole et britannique.

La projection à New York de son documentaire The Sword and the Flute vaut à James Ivory une bourse, qu’il utilise pour tourner un court métrage sur Dehli. Véritable cartographie de la mégapole, The Dehli Way évoque par petites touches les invasions successives, le quotidien des habitants, les conflits culturels, le déracinement. Autant de sujets qui annoncent les thématiques ivoryennes, et que le cinéaste développe avec humour et humanité, vitalité et poésie, jouant même avec Shakespeare dans une mise en abime audacieuse. Une méditation sur le temps qui passe, à savourer simplement, comme le recommande la bande annonce d’époque : « Don’t ask what it means. Just see the picture »…