En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Journée d'étude (1) : Rencontre avec Jean-Jacques Meusy animée par Laurent Véray
Journée d'étude (1) : Rencontre avec Jean-Jacques Meusy animée par Laurent Véray

vendredi 28 février 2020, 10h00

Salle Georges Franju

10h00 → 12h30 (150 min)

Journée d'études : l’histoire du cinéma (1894-1930) vue par les programmes des salles de projection

Journée d'études, organisée avec l'ANR Ciné08-19, avec Carole Aurouet, Emmanuelle Champomier, Annie Fee, Laurent Guido, Laurent Mannoni, Laurent Véray, Dimitri Vezyroglou…

Les documents promotionnels (programmes, affiches, livrets, photographies, objets), édités dès l'émergence du Kinétoscope en 1894 et du Cinématographe l'année suivante, constituent une source historique précieuse sur l'évolution du spectacle et de l'industrie du 7e art.
Cette journée portera spécifiquement sur les programmes imprimés. Leur analyse détaillée permet de comprendre l'organisation des séances, les techniques mises en oeuvre, les « attractions » prévues, les accompagnements musicaux, les horaires, les prix d'entrée, les publics concernés, les personnalités émergentes du monde de l'exploitation, l'architecture des salles et même les installations intérieures (sièges, ventilation, orgues, pianos, bars…). Le contenu rédactionnel et iconographique qui s'y déploie magnifie le lieu ou l'événement, mais aussi le nouvel art cinématographique, à l'aide de dessins symboliques, de couleurs et d'effets graphiques, d'arguments développés avec des typographies soignées, des clichés photographiques. Des feuilles imprimées les plus modestes jusqu'aux merveilleux livrets en couleurs du Gaumont-Palace, de l'affichette foraine à la brochure de style Art déco, les programmes dialoguent avec le cinéma en cours d'évolution, le design et la culture du temps : ils reflètent l'extraordinaire variété d'un cinéma alors considéré comme un spectacle vivant.

Projections de documents et de films.


30 min

Jean-Jacques Meusy est historien du cinéma. Il a beaucoup écrit sur l'histoire des salles. Il a récemment publié Écrans français de l'entre-deux-guerres (Tome I : « L'apogée de « l'art muet » » / Tome II : « Les années sonores et parlantes » éd. AFRHC, 2017).

Laurent Véray, historien du cinéma, est enseignant chercheur à l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et membre de l'IRCAV. Son dernier livre : Avènement d'une culture visuelle de guerre. Le cinéma en France de 1918 à 1928, Paris, Nouvelles éditions Place, 2019.


40 min

Que nous disent aujourd’hui, conservés dans les archives ou dans des collections privées, ces milliers de programmes luxueux, merveilleusement illustrés, vantant les mérites d’un Art muet disparu, ou ces feuilles mal imprimées sur du papier de piètre qualité, voulant attirer le chaland avec des films et attractions évidemment « de première qualité » ? À travers un essai de typologie de ce type de publications, de 1894 à 1930, on expliquera ce que peut nous apporter – outre le plaisir de l’œil – cette documentation aujourd’hui si recherchée.


Laurent Mannoni est directeur scientifique du patrimoine de la Cinémathèque française, directeur du Conservatoire des techniques cinématographiques et commissaire d'exposition. Il est l'auteur de nombreuses contributions sur les débuts du cinéma. En 2006, il a publié une Histoire de la Cinémathèque française (Gallimard).


Projections

Les Hommes sandwich (1910 ; Gaumont ; 5’30)
Erreur tragique (1912 ; Gaumont ; extrait 6’06) de Louis Feuillade
Un idiot qui se croit Max Linder (1914 ; Pathé ; 11’40) de Roméo Bosetti.


45 min

Cette intervention propose une étude des programmes des salles de cinéma parus dans la presse généraliste et spécialisée des débuts jusqu’à 1930. Nous nous intéresserons à leur nature, à leur évolution, mais aussi à leurs hôtes et à leurs destinataires, ainsi qu’aux enjeux qu’ils recouvrent. Nous nous interrogerons ainsi sur ce qu’ils peuvent nous apprendre sur les salles de cinéma, les journaux et revues, et les lecteurs/spectateurs. Nous verrons par ailleurs en quoi ils ne constituent pas de simples contenus à vocation promotionnelle mais jouent également un rôle important pour certains dans le processus d’éducation du public et de légitimation du cinéma en tant qu’art.


Emmanuelle Champomier est postdoctorante de l’ANR Ciné08-19 à l’Université Sorbonne nouvelle-Paris 3 et à Gaumont-Pathé Archives. Elle est l’auteure d’une thèse intitulée Contribution à l’histoire de la presse cinématographique française. Étude comparée de la genèse et de l’évolution de douze revues de cinéma entre 1908 et 1940.