En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
La Cicatrice intérieure
La Cicatrice intérieure

samedi 12 octobre 2019, 15h00

Salle Georges Franju

15h00 → 16h20 (80 min)
Certains passages de La Cicatrice intérieure sont en anglais non sous-titré

Philippe Garrel
France / 1972 / 20 min / 35mm

Avec Nico, Musky.

Athanor est à la recherche du feu, entre des tombeaux, dans des miroirs, ou des châteaux.

« Deux sensations par lesquelles se manifestent la solitude, le froid et le brûlant. Athanor est un film sur le feu. La Cicatrice intérieure, lui, est un film sur le feu et la glace. » (Jean Douchet)


Philippe Garrel
France / 1970 / 60 min / DCP

Avec Nico, Pierre Clémenti, Philippe Garrel, Daniel Pommereulle.

Dans des paysages d'Égypte et d'Islande, d'une étrange beauté, l'errance d'une femme, de deux hommes et d'un enfant.

Desertshore, 1970. Nico compose son dernier album pendant que son amant imagine son prochain film. La voix grave et mélancolique de la chanteuse colle aux images d'espaces éthérés de Philippe Garrel. Il en fait la bande son de La Cicatrice intérieure, film-trip sur les errances de leur couple tourmenté, au cœur de terres isolées, entre Sinaï, Islande et vallée de la Mort. Un désir de fuite mystique expliqué par Garrel : « Au moment de La Cicatrice, je voulais le désert, le désert américain. C'est fantastique, le désert, avec une caméra. On est totalement sorti de la civilisation. Pas un objet, pas une maison. Tout est vierge. Une manière de se couper du monde. Sur le terrain, on a le vertige, l'impression qu'on change de monde en tournant. Il y a comme une toile en mouvement, qui dirige des vibrations, il n'y a pas de parcours, il n'y a pas d'a priori sur l'évolution ; il y a un univers mystique. Le cinéma de déraison. »