En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
La Maison dans l'ombre
La Maison dans l'ombre

dimanche 1 septembre 2019, 19h15

Salle Henri Langlois

19h15 → 21h05 (108 min)

Nicholas Ray
États-Unis / 1954 / 26 min / Numérique / VOSTF
D’après la nouvelle L’Homme qui aimait Dickens d’Evelyn Waugh.

Avec Joseph Cotten, Thomas Gomez, Maurice Marsac.

Henty, qui a survécu à un crash dans la jungle, est recueilli par l'affable et original McMaster. Pour remercier son hôte, il s'oblige à lui faire la lecture de son auteur préféré, Dickens.


La Maison dans l'ombre
On dangerous ground
Nicholas Ray
États-Unis / 1951 / 82 min / 35mm / VOSTF
D’après le roman Mad With Much Heart de Gerald Butler.

Avec Ida Lupino, Robert Ryan, Ward Bond.

Un policier aux méthodes violentes aide un shérif de campagne à retrouver Danny, un déséquilibré dont il vient de rencontrer la soeur.

Il faut attendre la quarantième minute pour voir apparaître Ida Lupino, mais peu importe, c’est elle qui marquera les esprits de ce film étrange, poétique, comme scindé en deux. La Maison dans l’ombre s’ouvre sur la nuit, sur un noir d’encre et une ambiance urbaine, sur un rythme effréné porté par la partition nerveuse de Bernard Herrmann. Comme un Film noir classique. Mais le policier est torturé, violent, on le met à l’écart et on l’envoie à la campagne. Commence alors un tout autre film, dans la blancheur lumineuse de la neige, habité par Ida Lupino, son jeu sobre et clair. Nicholas Ray parle de lynchage, de solitude, il prend son temps, et nous offre des séquences de poésie tranquille ou d’émotion pure, comme cette scène déchirante où la jeune aveugle se « regarde » dans un miroir.