En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 15 novembre 2019, 22h00

Salle Henri Langlois

22h00 → 23h45 (102 min)

Un vampire à Brooklyn
Vampire in Brooklyn
Wes Craven
États-Unis / 1994 / 102 min / 35mm / VOSTF

Avec Eddie Murphy, Angela Bassett, Allen Payne, Kadeem Hardison.

L'unique survivant d'une lignée de vampires exilée aux Caraïbes cherche à assurer sa descendance. Il part à New York à la recherche d'une femme vampire seule susceptible de le lui permettre.

Film interdit aux moins de 12 ans.


On appelle blaxploitation un genre qui naquit au début des années 1970 et mettait en vedette des personnages noirs dans la foulée du Sweet Sweetback’s Baadasssss Song de Melvin van Peebles et du succès des Nuits rouges de Harlem de Gordon Parks. Tout un discours politique s’inscrivait parfois dans ce renversement des situations et des rôles et dans cette exaltation de la culture et d’une énergie proprement afro-américaine. Plusieurs genres firent l’objet de cette relecture : le film noir, le western, la comédie.
Un vampire à Brooklyn (1995) met à son tour en scène un vampire noir, vingt-trois ans après Blacula de William Crain. Les temps ont changé et de nombreux acteurs afro-américains sont de venus des stars, tel Eddie Murphy. Celui-ci souhaitait incarner un personnage plus sombre que d’habitude, mais Wes Craven, qui contribua à la renaissance d’un authentique cinéma d’épouvante dans les années 1970 avec des titres comme La Dernière maison sur la gauche ou La Colline a des yeux, insista pour que le film bascule vers la comédie macabre. Encore un film qui pratique le mélange des genres. Il obtiendra pourtant moins de succès commercial que le séminal Blacula.

Jean-François Rauger