En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 15 novembre 2019, 20h00

Salle Henri Langlois

20h00 → 21h35 (92 min)

William Crain
États-Unis / 1972 / 92 min / 35mm / VF

Avec William Marshall, Vonetta McGee, Denise Nicholas.

Un prince africain, transformé en vampire par le comte Dracula en 1780, et enfermé dans un cercueil, se réveille en 1972 et sévit dans les rues de Los Angeles.

On appelle blaxploitation un genre qui naquit au début des années 1970 et mettait en vedette des personnages noirs dans la foulée du Sweet Sweetback’s Baadasssss Song de Melvin van Peebles et du succès des Nuits rouges de Harlem de Gordon Parks. Tout un discours politique s’inscrivait parfois dans ce renversement des situations et des rôles et dans cette exaltation de la culture et d’une énergie proprement afro-américaine. Plusieurs genres firent l’objet de cette relecture : le film noir, le western, la comédie. Le cinéma d’horreur subira également cette transmutation et Blacula de William Crain, réalisé en 1973 fut le premier titre de cette sous-catégorie de la blaxploitation horror. Produit par AIP, le film remporta un fort succès commercial au moment de sa sortie. Il met en scène le premier vampire noir de l’histoire du cinéma. Le réalisateur, qui n’avait réalisé qu’un épisode de série télévisée auparavant, récidivera dans la blaxploitation horror avec, trois ans plus tard, un Doctor Black, Mister Hyde. Blacula traite le mythe avec un mélange de désinvolture et de sérieux, de gravité et de burlesque. Des séquences musicales assez enlevées entrecoupent des scènes comiques. Mais le film de William Crain propose in extremis une vision très romantique du mythe, imaginant un monstre poursuivant, à travers les siècles, son amour perdu. Le film aura une suite, Scream Blacula, Scream signé par Bob Keljan. William Marshall y reprend son rôle de suceur de sang et affronte Pam Grier.

Jean-François Rauger