En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
L'Aventure de madame Muir
L'Aventure de madame Muir

samedi 13 juillet 2019, 14h15

Salle Henri Langlois

14h15 → 16h00 (104 min)

L'Aventure de madame Muir
The Ghost and Mrs. Muir
Joseph L. Mankiewicz
États-Unis / 1947 / 104 min / 35mm / VOSTF
D'après le roman The Ghost and Mrs. Muir de R. A. Dick.

Avec Gene Tierney, Rex Harrison, George Sanders, Edna Best.

Une ravissante veuve, Mrs. Muir, se retire dans une maison en bord de mer avec sa fille et une domestique. Le fantôme de l'ancien propriétaire des lieux, le capitaine Gregg, hante la demeure. Mais Mrs. Muir est plus fascinée qu'effrayée.

Soyons subjectifs, Mrs Muir est le plus beau film de Mankiewicz. Celui dans lequel le réalisateur, pardon aux amateurs de la malice du Limier, de l’intimité douloureuse de La Comtesse aux pieds nus, du cynisme délectable d’Eve, s’exprime toute la quintessence de son art. Une réalisation qui tutoie la perfection, dont l’élégance n’a d’égale que la discrétion. Photographie, cadrages, mouvements de caméra, portés par la sublime partition de Bernard Herrmann, sont encore une fois au service du récit. Les comédiens sont à leur meilleur, Gene Tierney en tête, qui forme avec Rex Harrison un couple à la dimension amoureuse quasi mystique, et, dans l’ombre, George Sanders, brillant et raffiné. Histoire de fantôme, de fantasme, d’un romantisme fou et d’une mélancolie poignante, d’une profonde modernité, Mrs Muir se démarque aussi par son féminisme affirmé. Lucy se libère de ses carcans, devient peu à peu maîtresse de ses choix, de sa vie. Assume sa destinée. On vit, souffre, espère, palpite, au diapason de ses soupirs. Il n’y a pas de hasard, puisque Lucy signifie « lumière ». Et elle est lumière, éclairée de l’intérieur, illuminée par son amour pour ce capitaine qu’elle est la seule à voir. La maison est un personnage à part entière, la mer s’agite au loin, sublimement symbolique. Mankiewicz ajoute avec finesse des touches de sensualité, et l’histoire prend alors une épaisseur presque charnelle. L’amour est le voyage d’une vie : « il y a la quête de quelque chose d’autre, et les déceptions que l’on rencontre », expliquait Mankiewicz. Magnifique, déchirant, bouleversant.