En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

mercredi 27 mars 2019, 14h15

Salle Henri Langlois

14h15 → 15h55 (98 min)

Jean-Luc Godard
France / 1984 / 98 min / 35 mm

Avec Nathalie Baye, Claude Brasseur, Johnny Hallyday.

Dans un grand hôtel parisien près de la gare Saint-Lazare, deux flics enquêtent sur la mort prématurée d'un prince. Dans les couloirs, tel un labyrinthe, des personnages cherchent leur chemin. Et leurs histoires se croisent par instants.

« C'est pas mieux que du Alan Parker, peut-être un peu, mais pas vraiment. » (JLG, Hard & Soft, 1985)

Tandis qu'il peine à réunir les fonds nécessaires pour terminer le dernier long métrage de Jean-Luc Godard, Je vous salue, Marie, le producteur Alain Sarde propose au cinéaste un film de commande dont il a coécrit le scénario avec Philippe Setbon. Triangle amoureux imaginé comme une valse des corps dans les couloirs labyrinthiques d'un hôtel, Détective porte – malgré son absence à l'écriture – toutes les obsessions esthétiques et les thématiques essentielles du réalisateur. Dans un exercice de style aux ellipses incessantes, Godard transforme son intrigue policière en film noir, faisant du cinéma un produit de consommation. Fidèle à sa radicalité et à ses expérimentations fétiches, il s'amuse du script de départ pour mieux réinventer un puzzle d'hommes et de femmes liés par le désir et l'argent. Parmi eux, il filme notamment Johnny Hallyday – pour une collaboration inattendue – avec une bienveillance suffisamment étonnante pour dévoiler une part de mélancolie insoupçonnée dans son jeu. Si l'enquête passe vite au second plan, Détective gagne tout son intérêt dans sa tenace ambiguïté entre légèreté et nostalgie. En le dédiant à Clint Eastwood, John Cassavetes et Edgar G. Ulmer, Godard proclame son affection pour le cinéma de genre américain, qu'il revisite avec son propre sens de l'absurdité.