En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

lundi 2 juillet 2018, 20h00

Salle Jean Epstein

20h00 → 22h05 (121 min)
Séance suivie d'une discussion avec Antonin Peretjatko, qui présentera aussi un film surprise choisi par ses soins

Antonin Peretjatko
France / 2017 / 17 min / DCP

Avec Romain Bouteille, Fred Tousch.

Suite à des élections organisées à la va-vite et à un étrange jeu d'alliances, le nouveau président du Sénat est un écologiste. Son règne commence.


Luis Buñuel
France-Mexique / 1956 / 99 min / 35mm
D'après le roman La Mort en ce jardin de José-André Lacour.

Avec Simone Signoret, Georges Marchal, Michel Piccoli, Charles Vanel.

Fuyant une révolte dans une cité minière de l'Amazonie, un petit groupe s'enfonce dans la jungle.

1956, Buñuel tourne son deuxième film en couleurs. Après l’île luxuriante de son Robinson Crusoé, le cinéaste mexicain plonge ses personnages dans la moiteur venimeuse de la forêt amazonienne. Une jungle inquiétante et fantasmagorique, sublimée par les images de Jorge Stahl Jr. Un casting français de premier plan. Simone Signoret, incandescente depuis Casque d’or et Les Diaboliques qu’elle tourne juste avant, entourée du grand Charles Vanel, de Michel Piccoli, en prêtre savoureux, et de Georges Marchal en aventurier sadique et minable. Récit d’aventure d’apparence classique – impossible de ne pas penser à L’African Queen de John Huston –, La Mort en ce jardin est subtilement parsemé de situations surréalistes et autres symboles bunueliens, servant à disséquer l’âme humaine et les pulsions primitives, tout en fustigeant les institutions et l’oppression du peuple. Dans ce jardin d’Éden, on tranche l’œil des policiers à la pointe d’une plume, les serpents se font dévorer par les fourmis, les chevelures s’emmêlent aux lianes tandis que les curés théorisent avec délectation sur les œufs mollets.