En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Et la femme créa Hollywood
Et la femme créa Hollywood

mercredi 31 mai 2017, 19h30

Salle Henri Langlois

19h30 → 21h35 (124 min)
Séance présentée par Clara Kuperberg, Julia Kuperberg

Et la femme créa Hollywood


Clara Kuperberg, Julia Kuperberg
France / 2016 / 52 min / DCP

Quel est le point commun entre Alice Guy, Lois Weber, Frances Marion, Mary Pickford ou Dorothy Arzner ? Ce sont toutes des femmes qui ont fait une carrière importante dans le cinéma et elles ont toutes été oubliées. Et la femme créa Hollywood retrace leur histoire.


Fanchon le criquet
Fanchon the Cricket
James Kirkwood
Etats-Unis / 1915 / 72 min / DCP / INT. FR / Version couleurs restaurée 4K accompagnée à la clarinette par Matteo Pastorino
D'après La Petite Fadette de George Sand.

Avec Mary Pickford, Jack Standing, Lottie Pickford.

Fanchon, une jeune sauvageonne, vit recluse dans la forêt avec sa grand-mère Fadette, soupçonnée d’être une sorcière. Elle tombe amoureuse de Jeannot, mais il est déjà fiancé.

Restauration 2017 en 4K par la Mary Pickford Foundation et La Cinémathèque française au laboratoire Immagine Ritrovata. Intertitres traduits à partir du contretype français conservé à La Cinémathèque française. Couleurs à partir de la copie incomplète conservée au BFI et des amorces du contretype.


Avec son visage juvénile aux boucles blondes, qui charme Hollywood aux débuts du muet, Mary Pickford, parfois coquette, comme dans le film éponyme de Sam Taylor (1929), interprète le plus souvent une enfant des rues. Ses personnages de vagabondes bravaches aux poings serrés, alors très en vogue, lui permettent le plus souvent d'incarner des jeunes filles indépendantes. Pourtant, la sauvageonne de Fanchon le criquet (d'après La Petite Fadette de George Sand), forcenée et brusque, vit dans une solitude profonde et dans la souffrance du rejet. L'action du film se déroule dans un cadre champêtre, qui convoque le mythe américain d'une nature fertile mais cruelle, tout à la fois sauvage, effrayante et fascinante. En 1915, Pickford tourne huit films, son salaire augmente considérablement, et elle prend peu à peu le contrôle de sa carrière. Elle travaille notamment avec James Kirkwood, qu'elle apprécie beaucoup, et avec son amie la scénariste Frances Marion. En lui offrant ce rôle taillé sur mesure, tous deux lui donnent aussi l'occasion de partager l'écran avec son frère Jack et sa sœur Lottie. Leur travail enthousiaste est à l'origine de la vocation d'acteur de Fred Astaire, qui, séjournant dans le même hôtel que l'équipe, assista fasciné au tournage de quelques séquences. Désormais en couleurs, Fanchon le criquet offre une somptueuse palette d'ambre, de bleu ou de rose qui s'accordent avec la magnifique lumière du chef opérateur Ed Wynard.

Juliette Armantier