En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 29 juillet 2017, 19h00

Salle Henri Langlois

19h00 → 22h15 (194 min)

James Cameron
Etats-Unis / 1996 / 194 min / 35mm / VOSTF

Avec Leonardo DiCaprio, Kate Winslet, Billy Zane.

1912. Le paquebot Titanic appareille pour son premier voyage, mais heurte un iceberg quatre jours après le départ, tandis qu’à bord, un jeune homme fauché et une jolie bourgeoise tombent amoureux.

Ultime superproduction hollywoodienne du XXe siècle, dernier avatar d'une longue lignée de tournages dantesques (Cléopâtre, Ben Hur, Lawrence d'Arabie...), le magnum opus de James Cameron est le trait d'union entre deux époques. L'une s'estompera inexorablement après Titanic. Celle des artisans fous, des matte painters, des truqueurs optiques ; celle d'une cheminée de paquebot bricolée en carton, des maquettes de bateaux en balsa et des fausses perspectives en miroirs. L'autre naît au début du film, avec le « one million shot », monumental survol du Titanic à son départ de Southampton. Impressionnant millefeuille mêlant prises de vues réelles, couches numériques et personnages en motion capture, ce plan saisissant n'est pas le premier du genre. Mais c'est le plus ambitieux, et le plus accompli. Un jalon, pour une nouvelle ère dans l'histoire des effets spéciaux. Chef d'orchestre de cette révolution, qui fera bientôt basculer Hollywood dans le tout numérique, Rob Legato est le passeur entre ces deux mondes. Il fait de ce tournage fou son chef-d'œuvre, un monument d'ingéniosité et d'innovations tantôt mécaniques, tantôt numériques, le plus souvent combinées. Sa collaboration féconde avec James Cameron fera de Titanic l'un des plus gros succès de l'histoire. Un film plus grand que tout, qui célèbre autant l'amour fou de Jack (Leonardo DiCaprio) et Rose (Kate Winslet) que le cinéma comme art de l'invention, de l'illusion et de l'émerveillement.

Xavier Jamet