En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Histoire de fantômes japonais
Histoire de fantômes japonais

vendredi 23 septembre 2016, 22h00

Salle Henri Langlois

22h00 → 23h20 (76 min)

Histoire de fantômes japonais
Tokaido Yotsuya Kaidan
Nobuo Nakagawa
Japon / 1959 / 76 min / 35mm / VOSTF

Avec Shigeru Amachi, Noriko Kitazawa, Katsuko Wakasugi.

Lemon, samurai ambitieux et impulsif assassine le père de sa fiancée qui refusait leur mariage. Influencé par un ami sans scrupule, son arrivisme le pousse à envisager de tuer son épouse.

Les Contes fantastiques de Yotsuya de Nobuo Nakagawa (1959) est l'un des premiers moules fantastiques, suivis de près par Kinoshita, Toyoda ou Mori. La célèbre pièce kabuki du XVIIIe siècle écrite par Namboku Tsunuya et sa première adaptation cinéma en 1912 par Shozo Makino formaient un creuset inépuisable de scènes horrifiques et effrayantes : le cadavre de la femme défigurée, empoisonnée, suicidée, noyée, la pathétique Oiwa, ne quittera plus l'écran japonais et nos esprits, donnant naissance au kaidan-eiga. « Sa version fait de Nakagawa l'équivalent japonais d'un Terence Fisher pour la modernisation des mythes classiques et d'un Mario Bava pour son usage spectaculaire de la couleur », nous affirme avec passion et raison Stéphane du Mesnildot (Fantômes du cinéma japonais, Rouge profond, 2011). Montré en exclusivité à la Cinémathèque en janvier-février 1974 lors d'une rétrospective extraordinaire consacrée à « 20 cinéastes d'aujourd'hui », aux côtés de Zatoichi de Misumi, La Joueuse à la pivoine de Tai Kato, Élégie de la violence de Suzuki, ou encore Cleopatra, reine du sexe de Tezuka et Yamamoto, Les Contes fantastiques de Yotsuya ou Histoire de fantômes japonais ont aussi fait l'objet d'une ressortie remarquée par Alive en 1991, lors d'un cycle « Le Japon fantastique », associant entre autres Mothra contre Godzilla et Prisonnières des martiens. L'affiche était signée du romancier et photographe Romain Slocombe.

エミリーCauquy