Le Portrait de Dorian Gray

samedi 25 mars 2006, 21h45

Salle Georges Franju

21h45 23h35 (110 min)

Le Portrait de Dorian Gray The Picture of Dorian Gray
Albert Lewin
États-Unis / 1944
D'après le roman Le Portrait de Dorian Grayde Oscar Wilde

Avec George Sanders, Angela Lansbury, Peter Lawford.

Londres, 1886. Le peintre Basil Hallward réalise le portrait d'un jeune et bel aristocrate, Dorian Gray, qui formule le vœu d'une éternelle jeunesse ; seul son portrait vieillira.

Restauration 2K par Warner Bros. Pictures.


Comment représenter le vieillissement et la corruption d’une âme ? Si Oscar Wilde les a dépeints dans son roman, Albert Lewin, lui, les traduit à l’écran. Lorsque son film sort, en 1945, il existe déjà sept adaptations cinématographiques du Portrait de Dorian Gray. Dès lors, comment re-présenter ce qui a déjà été mis en scène ? Lewin va travailler à la manière d’un peintre, et composer méticuleusement sa palette, la couleur pour le tableau, le noir et blanc pour les autres séquences. Le réalisateur fait si bien vivre le portrait qu’il devient un personnage fantastique à part entière. L’image se métamorphose à mesure que les flétrissures morales de Dorian Gray se révèlent. Tout, dans la somptueuse maison du dandy, suggère une dualité, troublants jeux d’ombres et de lumières - Harry Stradling sera oscarisé pour la photo) -, subtils reflets des miroirs, obsédant sol en damier noir et blanc. Dorian Gray lui-même est habité par ce conflit, tiraillé jour et nuit, tels docteur Jekyll et M. Hyde, entre le bien et le mal, dans une demeure, peuplée d’objets d’art, qui renferme son terrible et repoussant secret. Aux côtés du grand George Sanders et des toutes jeunes Angela Lansbury et Donna Reed, le débutant Hurd Hatfield a les traits et l’attrait d’un vampire, se nourrissant de la jeunesse de ses conquêtes. Son visage impassible, son cœur de marbre et son regard froid inquiètent. Il est un monstre d’insensibilité et pourtant, il séduit : le beau ne serait-il plus l’image du bien ?

Capucine de Rochambeau