En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 18 mai 2007, 12h30

Salle Georges Franju

12h30 → 14h15 (105 min)

Don Siegel
États-Unis / 1977 / 103 min
D'après Telefon de Walter Wager.

Avec Charles Bronson, Lee Remick, Donald Pleasence.

À la fin de la guerre froide, un agent secret du KGB est chargé de « réveiller » des agents soviétiques infiltrés aux États-Unis pour qu'ils commettent des attentats sur le sol américain.

Siegel maîtrise le rythme, la caméra, et réalise en vieux briscard ce film d'espionnage efficace : suspense, action, poursuites, dès la séquence d'ouverture, le tempo est donné. Charles Bronson est taciturne juste ce qu'il faut, Lee Remick lui donne la réplique avec piquant, Donald Pleasence inquiète et fascine. L'enjeu est clair : éviter une guerre nucléaire. Les agents soviétiques dormants évoquent furieusement la future série The Americans, et pour ne rien gâcher, la partition est signée par Lalo Schifrin, dont les notes semblent décidément nées pour accompagner à l'écran les Ford Mustang ou les Chevrolet des 70's. Mais l'intérêt principal du film réside dans sa malice, dans la vision de ces agents, qu'ils soient de la CIA ou du KGB, automates d'un autre temps que vient supplanter le personnage bourré d'humour de la jeune Putterman, véritable ordinateur... vivant.