En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

dimanche 7 février 2016, 17h30

Salle Jean Epstein

17h30 → 18h20 (47 min)
Séance présentée par Hanns Zischler et accompagnée au piano par les élèves de la classe d’improvisation de Jean-François Zygel

André Heuzé
France / 1907 / 15 min / 35mm / INT. FR.

Film tourné dans le Paris qu'a connu Kafka

Sauvegardé par la Cinémathèque française


Camille de Morlhon
France / 1913 / 47 min / 35mm / INT. FR.

Avec Pierre Magnier, Léontine Massart, Camille Licenay.

La vie du riche Pierre de Brézieux se voit bouleversée lorsqu'il fait la rencontre d'Ida Bianca, célèbre pour sa danse envoûtante.

« Ce que je t'ai écrit ces derniers temps est faux, non pas faux au fond naturellement – au fond tout est vrai –, mais qui peut voir le fond à travers cette confusion et cette fausseté de la surface ? Le peux-tu, chérie ? Non, sûrement pas. Mais laissons cela, il est déjà tard. Ma sœur m'a retenu. On jouait La Broyeuse de cœur. »

Hanns Zischler
Extraits de Kafka va au cinéma, Éd. Cahiers du cinéma, Paris, 1996

Dans une lettre adressée à sa fiancée Felice Bauer, Kafka laisse entendre que sa sœur l'a interrompu à son retour du cinématographe, où elle aurait vu La Broyeuse de cœur. Le film, qui met en scène Léontine Massart, la grande vedette de Film Valetta, société de production de Camille de Morlhon, traverse la lettre de manière fantomatique ; jamais Kafka ne rapporte ce que sa sœur a pu penser du film.