En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 5 février 2016, 21h30

Salle Georges Franju

21h30 → 22h55 (85 min)
Séance présentée par Renato Berta et Olivier Boischot

Leçons d'histoire
Geschichtsunterricht
Jean-Marie Straub
Allemagne / 1972 / 85 min / DCP / VOSTF
D'après Bertolt Brecht.

Avec Gottfried Bold, Johann Unterpertinger, Henri Ludwigg.

Un jeune homme tente d'élucider la relation entre le personnage historique de César et les mécanismes du pouvoir. Il rencontre successivement des personnages de l'Antiquité : un banquier, un ancien légionnaire, un homme de loi et un homme de lettres.

Adaptation du roman de Bertolt Brecht Les Affaires de M. Jules César, qui, à l'aune de l'analyse marxiste, étudie l'avènement de la démocratie ayant succédé à l'Empire romain.

« Le film au fond est très simple. C'est une prise de conscience d'un jeune bourgeois qui vient avec toute sa naïveté et son ignorance, c'est l'histoire d'une colère qui monte et qui éclate. [...] Ce n'est pas un film psychologique, mais il y a une psychologie souterraine qui travaille comme un torrent souterrain et qui tout d'un coup apparaît à la surface de la terre et qui est la colère du jeune homme qui explose à la fin du film [...]. La mémoire collective n'est pas moins digne de foi que les historiens qui écrivent, parce que peut-être la mémoire collective, au contraire, c'est le peuple qui écrit l'histoire. De nos jours, des individus écrivent l'Histoire ; quels sont ces individus ? Ils appartiennent à la classe dominante. Donc c'est la classe dominante qui écrit l'histoire ; il n'y a pas besoin d'être le banquier de Leçons d'Histoire, qui parle par la bouche de Brecht, pour dire : c'est nous qui avons écrit les livres d'Histoire, donc c'est nous qui avons pu imposer notre conception des choses, c'est-à-dire le capitalisme naissant, le commerce, la démocratie, etc. »

Jean-Marie Straub (Entretien publié dans Cinéma, n° 203, novembre 1975)


Restauré en 2015 par BELVA Film / Olivier Boischot avec le concours de Renato Berta.