En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 4 février 2016, 20h00

Cinéma Reflet Médicis Hors les murs

20h00 → 22h10 (127 min)
Séance présentée par Paul Verhoeven (sous réserve) et Harry Bos

Paul Verhoeven
Pays-Bas-États-Unis / 1985 / 127 min / 35mm / VOSTF

Avec Rutger Hauer, Jennifer Jason Leigh.

Quelque part en Europe, en 1501, une bande de mercenaires est trahie par le seigneur qui l'emploie. Guidés par une vision mystique, les soldats se vengent en kidnappant la fiancée de son fils.

Un bras d'honneur en guise d'adieu. Suite à la douloureuse expérience que furent la préparation et la sortie de Spetters aux Pays-Bas, c'est vers les États-Unis que se tourne Verhoeven pour financer son projet suivant, La Chair et le Sang. La compagnie Orion s'implique et obtient des modifications du scénario pour rendre le film plus commercial pour le territoire américain. Mené par une équipe internationale, le tournage en Espagne est une expérience catastrophique et cette histoire d'anciens alliés devenus ennemis devient finalement celle de la rupture, violente, entre Verhoeven et Rutger Hauer, son acteur fétiche. Le film est un échec commercial et le cinéaste accepte finalement de traverser l'Atlantique après avoir résisté à cette tentation durant de nombreuses années. Pour son film d'adieu au Vieux Continent, situé sans précision « en Europe de l'Ouest », Paul Verhoeven fait donc le choix d'un cadre typiquement européen, la fin du Moyen-Âge, dont il juge que la peinture par Hollywood a toujours été bien trop policée. Il le dépeint comme une époque sale et violente et filme les lambeaux d'un vieux monde en voie de réinvention. En cette fin d'empire, à la fois barbare et décadente, les puissants n'ont pas plus de morale que les soudards et la religion catholique n'est plus qu'un simulacre idolâtre en lutte conte les idées progressistes de la Renaissance. Cette période de transition est aussi l'aube de la Réforme protestante dont la pensée irriguera l'Europe du Nord et servira à édifier la civilisation américaine. Après avoir traversé l'Atlantique, c'est à la version paroxystique de cette idéologie, alors naissante, que Verhoeven s'attaquera dans son film suivant, le premier aux États-Unis : RoboCop.

Olivier Gonord