En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 27 décembre 2008, 21h00

Salle Georges Franju

21h00 → 23h10 (130 min)

Henri-Georges Clouzot
France, Italie / 1957
D'après le roman Le Vertige de minuit d'Egon Hostovský.

Avec Gérard Séty, Curd Jürgens, Véra Clouzot, Peter Ustinov.

Le docteur Malik, directeur d'une clinique psychiatrique en faillite, se voit obliger d'accepter d'héberger un espion dans son établissement.

Après l'échec commercial du Mystère Picasso (1955), Clouzot tente de rebondir avec un projet très singulier, une adaptation du roman de l'écrivain tchèque Egon Hostovský. Préparé avec le soin coutumier du cinéaste qui fait « storyboarder » chaque plan, le film bénéficie de la photographie de Christian Matras et d'un casting international dominé par Peter Ustinov, Martita Hunt et Véra Clouzot. Ce sera pourtant un échec, dû à une suite de malentendus entre le réalisateur, la critique et le public. Clouzot avait déclaré qu'à défaut de pouvoir porter Kafka à l'écran, il réalisait Les Espions pour en traduire l'équivalent dans l'absurde. Mais les admirateurs de Kafka subirent une grave déconvenue, ne retrouvant pas ici son univers. Les amateurs de films de genre, alléchés par le titre, en furent également pour leurs frais. Loin du film d'espionnage classique, Les Espions est plutôt une satire du genre (et non une parodie façon Les Barbouzes). Clouzot y dépeint avec une ironie féroce, un univers fait de nonsens et de faux-semblants. Les situations et les dialogues y font souvent mouche. Au final, c'est le film de Clouzot le plus drôle, donc le plus inattendu.

Joël Daire