En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 20 novembre 2010, 21h15

Salle Henri Langlois

21h15 → 23h25 (130 min)

Jean-Pierre Melville
France, Italie / 1961 / 125 min
d'après le roman "Léon Morin, prêtre" de Béatrix Beck

Avec Jean-Paul Belmondo, Emmanuelle Riva, Irène Tunc.

Pendant l'Occupation, Barny, femme fière et communiste, se confie au prêtre de sa commune, l'Abbé Morin. Entre eux, s'ouvre un dialogue spirituel qui va bouleverser leur existence.

C'est à la vision de Hiroshima mon amour d'Alain Resnais (1959) et de Classe tout risques de Claude Sautet (1960) que les choix d'Emmanuelle Riva et de Jean-Paul Belmondo apparaissent comme une évidence à Jean-Pierre Melville pour incarner les personnages de Léon Morin, prêtre. En adaptant le roman de Béatrix Beck, le jeune prêtre (qui n'est pourtant pas le personnage principal) s'impose au cinéaste qui souhaite développer l'idée de l'impossibilité de la conversion. La mise en scène acérée et la narration elliptique et innovante font ressortir les tensions historiques, philosophiques et sentimentales du récit. Melville, qui a rallié la France libre en 1942, n'a cessé ensuite d'interroger cette période. Après le Silence de la mer (1947), et avant L'Armée des ombres (1969), il propose avec Léon Morin, prêtre un regard personnel sur la complexité de l'Occupation. Empreint d'humour, le film aborde la question de la foi et de la résistance face à la tentation de la collaboration.

Annabelle Aventurin


Film restauré par Studio Canal en 2015. Avec le soutien du CNC.