En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

dimanche 28 septembre 2014, 17h30

Salle Henri Langlois

17h30 → 19h00 (87 min)

Abel Ferrara
États-Unis / 1992 / 87 min / 35mm / VOSTF

Avec Terry Kinney, Meg Tilly, Gabrielle Anwar.

Une adolescente rejoint son père sur une base militaire et constate que des extraterrestres remplacent progressivement les humains après avoir pris leur apparence.

Lorsque la Warner décide de produire un nouveau remake de L'Invasion des profanateurs de sépultures, le projet est en premier lieu confié à Stuart Gordon, auteur en 1985 du culte Re-animator qui a marqué l'esthétique du film fantastique américain des années 1980-90. C'est finalement Abel Ferrara qui le réalise, Gordon participant simplement au scénario (on lui doit cette sensualité malsaine, les représentations des mutations et enveloppes corporelles). Body Snatchers est un OVNI dans la carrière de Ferrara, très éloigné de ses premiers questionnements : New York, sa violence, ses tourments et sa déshumanisation (le cinéaste sort de Bad Lieutenant et de The King of New York). En installant l'histoire dans l'espace confiné d'une base militaire, Ferrara retrouve le cadre idéal de représentation d'une uniformisation sociale et culturelle. Les habitants de la base forment déjà un corps social impersonnel et réglementé, territoire de prédilection pour une contamination qui produira des clones, des individus insensibles uniformisés par la pensée. Très vite, la tension s'installe et le film – glaçant, à la beauté froide – glisse sur un malaise qui ne quitte pas le spectateur. Ferrara véhicule son message dénonciateur au détour d'efficaces séquences horrifiques, en y inscrivant des préoccupations contemporaines (l'après guerre du Golfe, le clonage). Sélectionné à Cannes en 1993, Body Snatchers se présente comme le grand film américain de science-fiction des années 1990.

Matthieu Grimault