En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 12 novembre 2015, 14h30

Salle Henri Langlois

14h30 → 17h00 (150 min)

Les Infiltrés
The Departed
Martin Scorsese
Etats-Unis / 2005 / 150 min / 35mm / VOSTF

Avec Leonardo DiCaprio, Matt Damon, Jack Nicholson.

À Boston, pour mettre fin au règne du parrain Frank Costello, la police infiltre son gang avec un jeune novice issu des bas quartiers. De son côté, la mafia utilise place un de ses hommes au sein de l’Unité des Enquêtes Spéciales.

Inspiré du polar hongkongais Infernal Affairs réalisé en 2002 par Andrew Law et Alan Mak, Les Infiltrés suit les parcours de deux jeunes adultes, un mafieux et un policier, le premier infiltré dans la police de Boston, l'autre dans la mafia irlandaise. D'une heure de plus que sa référence matricielle, le film, thriller stylisé à l'intrigue implacable, est pourtant davantage une étude de caractères, ceux des personnages et de la société dans laquelle ils évoluent. Rob Legato intervient au titre de réalisateur seconde équipe et superviseur des effets visuels, au fait des enjeux du travail avec Scorsese : « faire correspondre sa vision à ce qui peut réellement être réalisé ». Ainsi, les scènes de fusillades, mais surtout la mise en scène des éléments de technologies (rôle essentiel des écrans : téléphones portables, vidéo-surveillance, ordinateurs), outils dont la vie même des protagonistes va à un moment ou à un autre dépendre. Le film souligne la sensation de fragilité non seulement des hommes mais aussi des institutions qu'ils composent. D'un point de vue moins spectaculaire, la présence du rat (filmé sur fond vert), en avant de la vue du Capitole de Boston, généralise le questionnement de la loyauté dans un univers de méfiance où tout le monde peut trahir tout le monde. Avec le choc suprême de l'infiltration par la mafia d'une institution présumée incorruptible et pourtant potentiellement infestée de rongeurs, le film montre la trahison comme institution.

Matthieu Grimault