En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
La Révolution, ce n'est qu'un début, continuons le combat
La Révolution, ce n'est qu'un début, continuons le combat

samedi 12 avril 2014, 15h00

Salle Georges Franju

15h00 → 16h40 (96 min)

Pierre Clémenti
France / 1968 / 23 min / Numérique

Avec Yves Beneyton, Balthazar Clémenti, Margareth Clementi, Tina Aumont.

Manifeste psychédélique pour la révolution permanente.

Restauré par Balthazar Clémenti, l'Institut audiovisuel de Monaco et la Cinémathèque française, en collaboration avec le Forum des Images. Les travaux ont été effectués en 2K par l'Institut audiovisuel de Monaco, à partir de l'inversible original 16 mm.


Philippe Garrel
France / 1968 / 64 min / 35mm

Avec Bernadette Lafont, Laurent Terzieff, Stanislas Robiolles.

Dans la Forêt-Noire, la fuite d'un couple et de son enfant devant un danger inconnu.

« Je ne pourrais pas dire vraiment de quelle envie de raconter est né le film. Il a été tourné fin mai 68. J'ai attrapé Laurent Terzieff, Bernadette Lafont et l'enfant, Stanislas Robiolles, et on est partis à Munich louer une caméra et tourner. Les événements de mai n'étaient pas terminés, mais je pensais que c'était fini. Les derniers rendez-vous étaient trop violents, les mecs en avaient trop pris, tout le monde avait peur. La dernière réunion devait avoir lieu au Champ-de-Mars et personne n'est venu. J'ai compris que c'était foutu et je me suis barré. Sur la route, dans notre camionnette Volkswagen, on a croisé les chars d'Allemagne que de Gaulle avait appelés au secours pour cerner Paris. Et quand on est revenus après une semaine de tournage, la grève générale était finie. Si j'ai fait ce petit film onirique et nomade sur la famille, c'est sûrement parce que, comme la révolution était foutue, ça ne servait plus à rien de parler de politique. » (Philippe Garrel)


Gérard Courant
France / 1999 / 9 min / Vidéo

Trente ans après leur révolution poético-cinématographique, les membres du groupe Zanzibar et quelques-uns de leurs amis se retrouvent au café de la Mairie, place Saint-Sulpice à Paris.