En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Jehanne d'Alcy et Georges Méliès au comptoir de leur boutique de jouets

4 mai 2015

En 1923, après avoir vendu ses studios, fermé le théâtre Robert-Houdin et cessé toute production, Georges Méliès est définitivement ruiné. Son œuvre brûlée, bradée, dispersée, il tombe dans l'oubli. À partir de 1925, le ciné-magicien, dont les films et les spectacles étaient destinées à un public d'enfants, se résout à tenir une boutique de jouets et de confiseries.

Méliès pose vers 1930 devant le comptoir de sa boutique débordant de jouets en tous genres, avec sa seconde épouse, Jehanne d'Alcy, ancienne actrice du Théâtre Robert-Houdin et de la Star film, rencontrée en 1888. L'inconfortable boutique est pourtant plus grande que la première, d'abord louée par Mme Méliès de février 1922 à avril 1930. Cette seconde échoppe, ouverte aux courants d'air, se trouve mal placée derrière un pilier de ciment de la gare parisienne. Les Méliès tiendront ensemble ce commerce jusqu'en 1932, avant de s'installer avec leur petite-fille au Château d'Orly, nouveau lieu de retraite de la Mutuelle du cinéma.

La Cinémathèque française conserve un deuxième cliché issu de la même série. Méliès y apparaît seul, assis derrière son comptoir tout aussi surchargé, sous l'enseigne « Confiserie et jouets ». Ces photographies ont été précieuses pour la reconstitution des décors de Hugo Cabret (Martin Scorsese, 2010), le film évoquant précisément cette période de la vie de Méliès.


  • Type d'objet : Photographie
  • Support : Tirage papier
  • Année : c. 1930
  • Pays : France
  • Format : 11,60 x 17,20 cm