En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

De l'argentique au numérique : quelle continuité ?
Table ronde

Pour clore la journée, Olivier Assayas, Jacques Doillon, Caroline Champetier, l’étalonneur Bruno Patin et le directeur de la Cinémathèque portugaise, José Manuel Costa, croiseront leurs points de vue de cinéastes, de techniciens et d’hommes d’archives sur ce que représente la révolution numérique pour les films anciens et la création contemporaine.

Rencontre animée par Céline Ruivo.


Caroline Champetier est directrice de la photographie. Elle a travaillé notamment avec Jean-Luc Godard, Claude Lanzmann, Jacques Doillon, Philippe Garrel, Léos Carax, Xavier Beauvois, Amos Gitai, Nobuhiro Suwa et Margareth Von Trotta. Elle a présidé l'AFC de 2009 à 2012. Depuis 2012, elle supervise les restaurations du catalogue Why Not.

Bruno Patin est étalonneur spécialisé dans la restauration numérique des films du patrimoine, il travaille de longue date aux Laboratoires Éclair.

José Manuel Costa est directeur de la Cinémathèque portugaise.

Olivier Assayas est cinéaste (L'Eau froide, Irma Vep, Demonlover, Carlos, Après Mai, Personal Shopper, Doubles vies...). Depuis le début des années 2000 et à la demande d'Alice Debord, il a suivi la restauration et la réédition de l'œuvre cinématographique de Guy Debord invisible depuis 1984. Avec l'aide précieuse de Bernard Eisenschitz, de Donald Nicholson-Smith, de Sylvie Barthet et des Films du Losange, il a également impulsé et supervisé la première version anglaise de ces films qui jusqu'alors n'étaient accessibles que dans leur version originale.

Jacques Doillon est réalisateur, producteur et scénariste (Un sac de billes, La Drôlesse, Le Petit criminel, Ponette, Mes séances de lutte).